La nouvelle brigadière sera aussi présente le vendredi midi pour assurer la sécurité devant le P’tit Bonheur de Saint-Camille.
La nouvelle brigadière sera aussi présente le vendredi midi pour assurer la sécurité devant le P’tit Bonheur de Saint-Camille.

Saint-Camille embauche une brigadière

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Afin de sécuriser les enfants qui doivent dorénavant traverser la rue pour se rendre à l’école, la municipalité de Saint-Camille a décidé de procéder à l’embauche d’une brigadière scolaire. Elle sera présente tous les jours d’école, matin et soir, et les vendredis midi.

« Quand il y a eu la COVID, on a été obligé de changer la façon dont les élèves débarquaient de l’autobus et ils devaient traverser la rue, explique le maire Philippe Pagé. Devant l’urgence on avait demandé à des bénévoles de le faire, mais un moment donné, c’est un vrai métier. »

L’incident survenu au cours de l’été où un camion n’a pas fait son arrêt à l’intersection du village a convaincu le conseil municipal d’adopter à l’unanimité cette mesure qui coûte environ 5000 $ aux contribuables. 

« Avant de prendre cette décision, on a consulté le conseil d’établissement de l’école, souligne le maire. On avait l’impression qu’il y avait des parents qui n’envoyaient pas leur enfant à l’école à pied parce que l’intersection pouvait être dangereuse. »

C’est une employée de la municipalité, qui fait déjà de l’entretien ménager dans plusieurs bâtiments, qui deviendra la nouvelle brigadière. Elle sera aussi présente le vendredi midi pour assurer la sécurité devant le P’tit Bonheur de Saint-Camille.

« Les élèves vont manger là et il y a de la circulation, résume M. Pagé. Les risques sont plus grands. »