Hockey Magog observera l’évolution de la situation avec attention, au cours des prochaines semaines.
Hockey Magog observera l’évolution de la situation avec attention, au cours des prochaines semaines.

Rien ne presse pour Hockey Magog

Le plan de relance de Hockey Québec n’a pas été accueilli partout de la même façon. À Hockey Magog, le document de Hockey Québec ne modifiera en rien leur agenda, du moins pour les prochaines semaines.

Ghyslain Héroux, directeur-général de Hockey Magog, appelle même au calme, persuadé que les événements se bousculeront au cours des prochains mois. Celui-ci donne comme exemple la nouvelle sur la LHJMQ qui a sorti quelques heures après le dévoilement du plan de relance de Hockey Québec. 

« Nous n’avions même pas fini de lire le document de Hockey Québec que la LHJMQ disait cibler un retour au jeu à cinq contre cinq le 1er octobre. Combien de ligues de hockey mineur, que ce soit au civil ou dans le réseau scolaire, vont surveiller les développements de ce côté-là avec un très grand intérêt et faire une demande en ce sens, du moins qu’on saute des phases, si la LHJMQ obtient le feu vert? »

Héroux reconnaît l’excellent travail de Hockey Québec dans la confection de leur document qui a été envoyé aux associations de hockey mineur aux quatre coins de la province. 

« Je trouve juste qu’il a été publié trop tôt. Les terrains de baseball et de soccer ne sont toujours pas occupés. À ce que je sache, Soccer Québec n’a pas encore dévoilé son plan de relance, du moins publiquement. Qu’est-ce qui pressait tant pour le hockey mineur? Je pense qu’il serait préférable de laisser aller la vie encore quelque temps. L’école qui a repris le mois dernier pour les jeunes du primaire sert de laboratoire. Il en sera de même pour les sports estivaux. Je suis convaincu que ce qui va en ressortir viendra modifier les six phases de Hockey Québec pour le retour au jeu. Je ne vois pas l’urgence de planifier la prochaine saison, pas à ce stade-ci », insiste Ghyslain Héroux.

Mois d’août

Si certaines organisations de hockey mineur voudront s’activer rapidement, mettre de l’avant un comité de relance, lancer leurs inscriptions, rien de tout cela ne risque de se produire à Magog. 

« On voit bien dans la crise de la COVID-19 qu’on ne sait même pas de quoi sera fait demain. Le plan de relance de Hockey Québec connaîtra d’autres versions, pas de A à Z, mais on verra des changements. La planète hockey mineur va encore subir des bouleversements. Il n’y a pas lieu de paniquer. Avec l’expérience que nous avons à Magog, on se positionnera rapidement et facilement le temps venu au mois d’août. On fera aussi connaître nos coûts d’inscription plus tard. Comment voulez-vous qu’on fixe un coût quand on ne sait même pas de quoi sera faite l’offre de services aux jeunes? On ne leur demandera pas de s’inscrire et de payer plus tard. On ne travaillera pas en double. D’ici là, on laisse aller. Je ne dirai pas quoi faire aux autres associations, car chacune a sa façon d’analyser la situation et ensuite de poser des actions. Le plan de relance de Hockey Québec s’avère un outil de travail intéressant qui leur permettra de placer les premiers pions. Mais nous, à Magog, je veux lancer le message aux parents qu’ils n’ont pas à s’inquiéter. Quand on aura du solide, du concret à leur annoncer, on le fera, pas avant », précise Ghyslain Héroux.