Le dévoilement de la mosaïque des Incontournables femmes a eu lieu lors d’une cérémonie à l’hôtel de ville de Richmond. Sur la photo, on aperçoit Cynthia Pigeon, Pierre Bail (président du centre d’interprétation de l’ardoise), Claire Morazain, Jaqueline Demers, Denise Lupien, Martha Hervieux, Beverly Taber-Smith, Cindy Jones, Cathy Vanier (derrière) et Lorraine Denis (directrice du Centre d’interprétation de l’ardoise.

Richmond rend hommage à 78 femmes

Les photos de 78 femmes sont dorénavant exposées aux côtés de celles d’hommes d’importance dans le hall d’entrée de l’hôtel de ville de Richmond. Initiées par le Centre d’interprétation de l’ardoise de Richmond, ces Incontournables femmes sont ainsi honorées pour leur implication et leur apport dans la communauté du grand Richmond.

Ces photographies regroupées dans un cadre étaient exposées au musée jusqu’à tout récemment. 

« Nous écrivons une page d’histoire. Le Centre d’interprétation de l’ardoise a pris une belle responsabilité en se donnant le mandat de rendre hommage à des femmes, pionnières de notre communauté actuelle. Il y a 50 ans, il était normal de souligner le travail et le titre des hommes même s’il avait été aussi facile de reconnaître l’apport des femmes exceptionnelles faisant partie intégrante des différentes sphères de leur milieu. La mosaïque représente toutes des femmes motivées par le désir de mener à bien leurs projets et de tracer une voie pour les femmes de demain », déclare Martha Hervieux, mairesse de Kingsbury, administratrice au c.a. du Centre d’interprétation de l’ardoise et elle-même Incontournable femme.

Le maire de Richmond Bertrand Ménard avouait, lors de la cérémonie de dévoilement, qu’il aurait bien aimé avoir eu l’idée de rendre hommage à ces femmes. 

« C’est un bel évènement. Il me fait plaisir de constater que nous entrons dans une nouvelle ère. Il y a 50 ans, il avait beaucoup moins de femmes qui s’impliquaient qu’aujourd’hui. Leur implication change les perceptions, la vision et la pensée de plusieurs personnes. C’est donc un plaisir de voir ce cadre sur le mur du hall d’entrée de l’hôtel de ville et je salue l’initiative du Centre d’interprétation de l’ardoise. »

Alors que Cynthia Pigeon des Ballets de Richmond est sans mots d’avoir été choisie pour faire partie des Incontournables femmes, Denise Lupien est, pour sa part, très fière de cette reconnaissance. 

« Je fais la comptabilité du Centre d’interprétation depuis 15 ans et je suis la fondatrice de la halte-garderie Kanjou de Richmond qui a vu le jour en 1986. Je fais aussi beaucoup de bénévolat dans plusieurs organismes », mentionne Denise Lupien.

Bertrand Ménard invite toute la population à « venir voir la mosaïque à l’hôtel de ville. Il serait merveilleux que d’autres municipalités prennent l’initiative de rendre hommage à l’implication et au travail de leurs Incontournables femmes ».