Inondations à Weedon

Retour à la normale à Weedon

Après avoir vécu une semaine forte en émotions, les citoyens et les autorités de la municipalité de Weedon peuvent enfin respirer. La situation est en train de revenir à la normale, alors que les citoyens pourront réintégrer leurs résidences d’ici 24 à 48 heures, à moins d’un retour inattendu de la pluie.

La situation est enfin en voie de se rétablir à Weedon, où la montée du niveau d’eau de la rivière aux Saumons et du lac Louise a forcé 200 évacuations. Le maire Richard Tanguay, qui a suivi la situation de près avec son équipe tout au long de la dernière semaine, voit enfin la lumière au bout du tunnel.

« La situation est en train de revenir à la normale, assure-t-il. L’électricité a été rétablie samedi soir vers 20 h et le niveau d’eau est à la baisse. Certaines zones restent toujours inondées, mais on a observé une baisse de 25 centimètres au cours de la journée de dimanche. C’est très encourageant. D’après nos estimations, les citoyens pourront retourner chez eux d’ici 24 à 48 heures tout au plus. »

Un retour à la maison difficile

La situation reste cependant précaire pour certains riverains. Alors qu’elle revenait d’un séjour passé auprès de sa famille dans la région de Montréal, Marinette Léveillée est restée bouche bée lorsqu’elle a aperçu que l’eau l’empêchait de se rendre à sa demeure, samedi, le chemin étant complètement inondé. Tout un choc pour la femme qui n’était pas au courant que la crue printanière avait mis le secteur dans une situation précaire depuis une semaine.

« J’étais partie à l’extérieur dans ma famille et puis ce matin (samedi), j’ai décidé de revenir au bercail, raconte-t-elle. Je ne pouvais même pas accéder à ma propriété, le chemin était couvert d’eau et mon terrain semblait encore pire. Même avec un véhicule on n’est pas capable de se rendre à la maison, il y a beaucoup trop d’eau. Je me demande si même un camion serait capable de passer tellement il y en a. Un homme que j’ai aperçu en avait jusqu’aux cuisses, donc impossible de me rendre jusque là avec ma voiture! »

Se rendant à l’évidence qu’elle ne pourrait pas rentrer chez elle, Mme Léveillée a décidé d’aller chercher de l’aide. « Je me suis rendue chez une copine d’abord, qui m’a informée de la situation. Je me suis ensuite dirigée vers l’hôtel de ville pour voir ce qu’ils pouvaient faire pour moi. Ils m’ont dit d’oublier ça, qu’il n’y avait rien à faire pour accéder à ma résidence, car ça ne passe pas », explique-t-elle.  

Dans de beaux draps et avec son chien dans la voiture, Marinette s’est rendue à l’évidence. Elle devait maintenant s’adresser à la Croix-Rouge, qui s’était déployée à Weedon. Elle sera finalement hébergée au Relais des Mésanges de Dudswell. « La Croix-Rouge m’a dit que j’avais droit à des nuitées dans un endroit à proximité et que mes repas au restaurant allaient être payés d’ici à ce que je puisse rentrer. Je ne pouvais pas aller chez de la famille ou des amis, car ils habitent trop loin. Sans pouvoir retourner chez moi, je vais avoir au moins une place pour dormir et une place pour manger », décrit la sinistrée.

Les défis logistiques sont nombreux en ce moment à Weedon. En plus d’avoir la majorité de sa bande riveraine inondée, la municipalité a manqué d’électricité tout au cours de la journée de samedi. « On revient à Weedon et en plus du déluge, il n’y a plus d’électricité! », s’exclame-t-elle en riant. « Mieux vaut garder le sourire et prendre ça positivement. Ce sont des choses qui se réparent, ce n’est pas une vie ou la santé. On prend ça en riant, le soleil est quand même avec nous », philosophe-t-elle pour conclure.

Des précautions à prendre

Les citoyens qui vont réintégrer leur domicile au cours des prochaines heures devront néanmoins procéder à quelques vérifications, question d’assurer leur sécurité. « Il est extrêmement important que les citoyens fassent attention à certaines choses lors de leur retour », rappelle le maire Tanguayr. « Il y a des règles de sécurité à suivre suite aux inondations. Il faut vérifier si le panneau électrique n’a pas été endommagé et si le courant est rétabli sécuritairement. Les citoyens doivent aussi s’assurer qu’il n’y a pas de contaminants dans leur résidence et si leur puits est bien désinfecté. Toutes les procédures de réintégration sont détaillées sur le site Internet de la municipalité. »

Une réunion d’information sera organisée au cours des prochaines semaines à propos des programmes d’aide financière qui sont disponibles pour les sinistrés qui veulent faire une réclamation aux assureurs, toujours selon le maire.

À sherbrooke

Du côté de Sherbrooke, enfin, la rivière Saint-François a été mise sous haute surveillance, tôt samedi matin, après qu’elle a atteint le seuil de 18 pieds.

Compte tenu de la météo clémente, dès le milieu d’après-midi l’Organisation municipale de sécurité civile se disait toutefois confiante de voir le niveau d’eau repartir à la baisse au cours des prochaines heures. Aucune évacuation préventive n’a été nécessaire.

Du jamais vu depuis 1974

L’inondation de 2018 va passer à l’histoire, à Weedon, mais sans détrôner celle de 1974.
C’est ce que plusieurs citoyens avançaient, en fin de semaine, pendant que la rivière aux Saumons et le lac Louise reprenaient tranquillement leur cours normal après avoir donné une bonne frousse aux riverains.

Heureusement pour eux, seulement la moitié des précipitations annoncées dans la nuit de vendredi à samedi s’est abattue sur la région, ce qui laisse présager que la situation va s’améliorer au cours de la semaine. « On a reçu juste 20 millimètres dans la nuit de vendredi au lieu du 40 millimètres annoncé. La météo est avec nous à ce point-ci, alors qu’il devrait faire soleil tout au long de la semaine », rassurait samedi matin l’inspecteur municipal de la ville, Nicolas Blouin.

L’inondation de 2018 va passer à l’histoire dans la municipalité, selon M. Blouin. « C’est officiellement pire qu’en 2005, 2006 et 2009. On s’est rapproché de l’inondation de 1974, qui avait emporté des chalets sur la rive opposée. Ça a marqué l’imaginaire de la communauté, c’était du jamais vu. Une chance que le beau temps est revenu avant qu’on batte le record! »

« Au final, on a évacué un peu plus de 200 personnes, conclut

M. Blouin. La majorité de ces gens ont de la famille ou des proches dans la région, ce qui facilite la question de l’hébergement pour les jours à venir. Une quinzaine de personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge, elles vont être hébergées au Relais des Mésanges de Dudswell ou à l’hôtel de Floral, dans l’est de Sherbrooke. Deux personnes à mobilité réduites ont aussi été évacuées. »

Galerie de photos