L’industrie touristique garde confiance en l’avenir des sports de glisse, malgré les conclusions du rapport Ouranos sur l’adaptation aux changements climatiques pour les stations de ski des Cantons-de-l’Est.

Rapport Ouranos : l’industrie du ski a confiance

L’industrie touristique garde confiance en l’avenir des sports de glisse, malgré les conclusions du rapport Ouranos sur l’adaptation aux changements climatiques pour les stations de ski des Cantons-de-l’Est. Les investissements récents en sont la preuve.

« Nous jouissons de la présence sur notre territoire de magnifiques montagnes qui font le bonheur de centaines de milliers de skieurs et de planchistes chaque hiver. Ceux-ci ont encore de nombreuses saisons de plaisir devant eux! » affirme Francine Patenaude, directrice générale de Tourisme Cantons-de-l’Est.

« Nos stations de ski comprennent l’importance de bonifier l’expérience client et les annonces d’investissements des derniers mois confirment qu’elles prennent cette direction. »

Dans son rapport, Ouranos note qu’en investissant stratégiquement en adaptation, la rentabilité des stations de ski ne sera pas menacée sur l’horizon 2050 malgré les variations climatiques prévues durant les mois d’hiver. En l’absence de mesures d’adaptation, la date d’ouverture des stations, la durée des saisons et le pourcentage du domaine skiable disponible pourraient être affectés significativement par les changements climatiques, souligne-t-on.

Les conclusions sont accueillies favorablement par l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) qui y voit l’assurance que l’industrie est vouée à un futur prometteur à travers un modèle d’affaires renouvelé.

« Toute l’industrie du ski au Québec est consciente des défis que posent les changements climatiques. Fort heureusement, l’étude Ouranos confirme que les stations de ski québécoises sont là pour durer », commente Yves Juneau, président-directeur général de l’ASSQ, dans un communiqué de presse.

« Nos partenaires et les équipes de direction des stations devront continuer d’investir afin de faire face aux fluctuations des hivers et assurer la rentabilité des stations grâce, notamment, à l’optimisation des systèmes d’enneigement. Dans ce contexte, nous envisageons l’avenir avec confiance. » 

Les stations souhaitent continuer à jouer leur rôle de pilier économique pour le Québec et sont prêtes à adapter leur stratégie d’affaires pour mieux faire face aux défis climatiques, ajoute-t-il. « Toutes les stations des Cantons-de-l’Est ont déjà commencé à faire des investissements — souvent réalisés avec l’aide de partenaires publics — visant l’optimisation des systèmes d’enneigement, le développement d’une offre de service quatre saisons, la mise en place de nouvelles remontées mécaniques et l’aménagement d’infrastructures d’accueil », souligne M. Juneau.

Les retombées de ces améliorations ont des impacts sur l’attractivité de la région et bénéficient aux secteurs de l’hébergement, de la restauration et du commerce de détail. « Dans ce contexte, il est impensable d’envisager la mise en place de mesures d’adaptation sans le soutien financier de partenaires publics », ajoute le dirigeant de l’ASSQ. 

« À ce titre, l’apport du ministère du Tourisme pour l’acquisition de connaissances offre à l’industrie un soutien significatif. » 

Le rapport Ouranos souligne que la tarification électrique devra être adaptée afin de tenir compte des nouvelles réalités de l’industrie du ski au Québec. En février 2017, dans le cadre des audiences de la Régie de l’énergie sur des mesures susceptibles d’améliorer les pratiques tarifaires, l’ASSQ avait plaidé en faveur d’une simplification de la grille tarifaire, d’une révision des méthodes de facturation et d’un assouplissement des conditions de service d’Hydro-Québec, note-t-on.

« Des tarifs adaptés profiteraient non seulement l’industrie du ski, mais aussi à Hydro-Québec et à toute l’industrie touristique hivernale dans l’ensemble des régions du Québec. C’est une approche qui ne ferait que des gagnants », a fait valoir Jean-Michel Ryan, président du Mont-Sutton.

353 M$ investis

Pour l’année 2018 à elle seule, les stations de ski québécoises ont annoncé des investissements privés soutenus par les leviers publics d’une valeur totale de 476 M$ qui seront répartis sur les dix prochaines années. Pour la région des Cantons-de-l’Est, cette somme culmine à 353,6 M$ avec des aides gouvernementales de plus de 53 M$. 

Rappelons que, chaque hiver au Québec, l’industrie du ski génère 800 millions de dollars en retombées économiques et permet l’emploi de plus de 33 000 personnes, ce qui en fait l’activité touristique hivernale numéro un, selon une étude commandée par l’ASSQ en 2015.