Après plusieurs années d’attente, la Ville de Windsor a finalement obtenu une aide financière de 7,5 M$ pour les travaux de 12 M$ en cours à son usine de traitement d’eau potable. Le député de Richmond André Bachand a procédé à l’annonce devant le surintendant de l’usine de filtration Francis Nicol et la mairesse Sylvie Bureau.

Québec accorde 7,5 M$ pour l’eau à Windsor

L’attente a été longue, mais elle en a valu la peine. Le gouvernement du Québec a confirmé mardi une aide financière de 7,5 millions $ à la Ville de Windsor pour la mise aux normes de ses installations de production d’eau potable.

La nouvelle a été annoncée par le député de Richmond, André Bachand, devant plusieurs maires du secteur réunis à l’hôtel de ville de Windsor.

Attendus depuis plus de cinq ans et en chantier depuis un an, les travaux de 12 M$ sont presque terminés. L’usine modernisée, la plus importante infrastructure municipale de Windsor, devrait être inaugurée en avril, a précisé la mairesse Sylvie Bureau.

« Ce fut un projet de longue haleine et très, très complexe, a-t-elle lancé. L’agrandissement et la mise aux normes de l’usine de filtration d’eau potable étaient devenus essentiels en raison notamment des exigences de plus en plus élevées en matière de qualité de l’eau. Les installations et les équipements avaient atteint leur durée de vie, à un point tel que certaines pièces n’étaient même plus disponibles. Certains secteurs de l’usine avaient été construits en 1943 et la dernière mise aux normes avait eu lieu en 2000. »

Mme Bureau a d’ailleurs salué le travail des employés de l’usine de filtration qui ont réussi pendant toutes ces années, malgré la désuétude des équipements, « à traiter et à distribuer près d’un million de mètres cubes d’eau potable par année » à une population de plus de 5500 citoyens.

Dépense « raisonnable »

L’aide financière de Québec est octroyée à travers le Programme d’infrastructures municipales d’eau (PRIMEAU). La Ville a complété le financement avec la taxe sur l’essence, ce qui laisse environ 2,5 M$ à 3 M$ sur la dette à long terme, détaille Mme Bureau, en parlant d’une dépense « raisonnable » pour les citoyens.

Le projet consiste à installer une technologie d’irradiation UV et un système de désinfection aux monochloramines pour remplacer l’ancien système de désinfection au chlore gazeux. Il inclut la construction d’une nouvelle prise d’eau dans la rivière Watopeka.

« On va avoir une qualité d’eau complètement différente parce que le système est changé au complet », se réjouit Mme Bureau, en rappelant que des citoyens de deux quartiers de Val-Joli seront aussi bientôt raccordés à cette usine de filtration.

Le député André Bachand a salué le travail de l’administration Bureau qui a su adapter son montage financier au programme PRIMEAU alors qu’elle a longtemps espéré une aide plus généreuse de Québec via le Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU).

« Pour une municipalité comme Windsor, c’est tout un défi financier, convient M. Bachand. Ils ont peut-être dû retarder d’autres projets pour faire celui-ci, mais l’eau potable, c’est un service de base essentiel. Et ça va devenir un facteur de localisation pour des familles qui pourraient venir s’installer à Windsor. »

Alors que plusieurs maires assistaient à l’annonce mardi, le politicien s’est dit conscient que les besoins sont grands et les moyens petits pour la mise à niveau des infrastructures municipales.

« Il y a beaucoup d’investissements majeurs qui s’en viennent et on va voir au cours des prochaines années que les budgets de ces programmes-là vont augmenter, révèle-t-il. On n’a pas le choix et c’est pour ça qu’on essaie d’avoir des montages financiers qui permettront à l’ensemble des municipalités d’avoir accès à ces mises à niveau. Et ça vaut autant pour les usines d’épuration et de filtration des eaux que pour la voirie locale. »