L’Espace Spectopolis est une installation permanente pour accueillir des festivals, spectacles et événements, que ses promoteurs souhaitent aménager près de l’autoroute 10.

Projet touristique de 20 M $ en région ?

Un duo d’hommes d’affaires prévoit créer un large site pouvant accueillir des festivals, spectacles et événements de toute sorte dans les Cantons-de-l’Est. Après avoir sans succès tenté de concrétiser leur projet à Bromont, Jean-François Arsenault et François Paré sont à la recherche d’un autre terrain afin de démarrer l’Espace Spectopolis.

Le site auquel les deux entrepreneurs désirent donner vie possédera des installations permanentes, ce qui permettra l’accueil de nombreux événements successifs sans trop de difficulté. Le projet offrira un travail à temps plein à 25 personnes et entraînera la création d’une « centaine d’emplois occasionnels ».

François Paré affirme que l’investissement planifié, pour concrétiser la vision de son partenaire et de lui-même, s’élève à quelque 20 millions $. « Les retombées économiques dans le milieu seraient pour leur part de quatre à cinq millions $ », soutient-il.

Le duo d’hommes d’affaires a dans le passé lancé les événements suivants : Thématika à Chambly, Montréal Country, l’Estrie d’rire et Symphonique Bromont. Chacun de ces rendez-vous serait déménagé vers le futur site.

« On pense que notre projet pourrait devenir un pôle touristique important pour le lieu où on s’installerait. Les participants à nos événements viendraient du milieu où on s’implanterait, mais aussi de l’extérieur. On desservirait différents types de clientèle parce qu’on aurait des activités diversifiées à proposer. L’expérience qu’on offrirait serait de qualité », explique M. Paré.

Même si aucun pourparler n’a commencé avec Magog ou Orford, François Paré concède que ces deux municipalités présentent un beau potentiel pour un projet comme celui-là. « On aimerait faire ça dans un rayon de 50 kilomètres autour de Bromont. On pense que les villes dans cette zone sont bien placées. Elles donnent accès à un bassin rapproché d’environ 1,4 million de clients potentiels. »

Pour faciliter la venue de visiteurs provenant de pôles urbains plus importants, des navettes partiraient de Longueuil et Sherbrooke. On organiserait également du covoiturage.

« On pense que c’est une bonne idée de miser sur une zone moins urbanisée pour réaliser un projet semblable car les gens sont souvent réticents à se rendre sur l’île de Montréal pour participer à un événement », confie M. Paré.

Celui-ci précise que le terrain recherché devrait être situé relativement près de l’autoroute 10. Il préférerait également qu’on ne retrouve pas de maison à proximité.

Après avoir étudié le dossier des promoteurs, les élus de Bromont ont décidé quant à eux de ne pas donner leur aval à l’initiative.

Les élus ne sont pas sortis rassurés d’une rencontre de présentation aux citoyens, entre autres en ce qui concerne l’acceptabilité sociale d’une telle initiative, a écrit La Voix de l’Est au début de janvier.