Un promoteur voudrait construire deux immeubles de 18 logements et un troisième de 12, dans le secteur de la rue Bruant-des-Marais à Magog.

Projet immobilier controversé à Magog

Un projet immobilier susceptible de voir le jour dans le secteur de la rue Bruant-des-Marais provoque une importante levée de boucliers à Magog. Les élus municipaux ont bien senti les réticences du voisinage, lors de la consultation publique tenue en lien avec ce projet, et paraissent prêts à changer de cap.

Selon les informations obtenues, le projet consiste en la construction de deux immeubles de 18 logements et d’un troisième de 12. Le promoteur a été forcé de déposer une demande de changement de zonage puisque seules les constructions de huit unités et moins sont permises dans cette zone.

Habitant près de l’intersection entre les rues Bruant-des-Marais et Merry, Denis Lacasse a été parmi les premiers à s’inquiéter de ce que prévoyait le promoteur. Il considère que la Ville de Magog ne devrait pas autoriser le changement de zonage réclamé.

« Dans ce secteur, c’est généralement huit logements qui est le maximum fixé par la Ville de Magog, remarque M. Lacasse. Le changement de zonage ferait par contre disparaître cette limite dans toute la zone Dh01R, où on permettrait désormais les neuf et plus. C’est une modification majeure. »

Ce citoyen mentionne également que, selon la réglementation municipale, les « aménagements doivent présenter de la cohésion » dans le secteur concerné. Et il ajoute que la municipalité souhaitait jusque-là préserver les percées visuelles en direction du marais et du mont Orford qui existent à l’extrémité nord de la rue Merry.

« Autant la cohésion des aménagements que les vues pourraient être touchées par les immeubles que désire construire ce promoteur », affirme Denis Lacasse.

« Ça ne passe pas »

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm reconnaît sans difficulté que le projet « ne passe pas » parmi les résidants du secteur de la rue Bruant-des-Marais. « Le promoteur prévoyait pourtant moins d’unités que ce qui lui est permis en ce moment. Mais il y a une mobilisation importante, qui m’a d’ailleurs surprise. Nous en reparlerons au conseil municipal pour voir ce qu’on fait maintenant », explique-t-elle.

D’autre part, Mme Hamm révèle qu’elle aimerait revoir la façon dont sa municipalité réalise ses consultations publiques. « La consultation sur ce projet a beaucoup déçu ses nombreux participants parce qu’on n’avait pas suffisamment de détails ni de plan à présenter. Je veux qu’on réfléchisse à cette question et qu’on trouve une solution », annonce-t-elle.

Représentant les citoyens du secteur de la rue Bruant-des-Marais, Bertrand Bilodeau s’engage pour sa part à supporter les nombreux opposants. Mais il précise qu’il ne s’oppose pas à toute nouvelle construction sur les terrains du promoteur.

« Si la demande de changement de zonage est abandonnée, le promoteur aura encore la possibilité de faire des immeubles de trois à huit logements. On n’aura pas le choix de respecter ça. C’est ce que prévoit le règlement en ce moment », note M. Bilodeau.