Le citoyen Steeve Cloutier a déposé une pétition lundi pour appuyer le projet Divertigo.

Projet Divertigo : la coalition citoyenne demeure critique

La Coalition citoyenne pour un développement harmonieux et respectueux de la plage des Cantons continue à démontrer une farouche opposition à la concrétisation du projet Divertigo à la plage des Cantons, qui demeure entouré d'un certain halo de mystère.
Plusieurs membres de la toute nouvelle coalition se sont exprimés au micro lundi soir, à l'occasion de la dernière assemblée publique du conseil municipal de Magog. Ils ont essentiellement réitéré qu'ils ne croyaient pas que la plage des Cantons serait le meilleur endroit pour accueillir les jeux aériens du projet Divertigo.
« Ce projet est excellent pour la MRC de Memphrémagog, mais il faudrait qu'il se fasse ailleurs qu'à la plage des Cantons », a notamment déclaré Louis Lahaie.
Ce citoyen ne s'est toutefois pas arrêté là et a suggéré que la valeur des propriétés autour de la plage risque de chuter, si la Ville donne le feu vert au promoteur Marco Patry. « Êtes-vous prêts à avoir des poursuites judiciaires? » a demandé M. Lahaie aux élus.
Pour sa part, Luc Arpin a soutenu que la Ville devrait s'efforcer de « protéger la dernière plage naturelle de la région », plutôt que de permettre la construction de nouvelles infrastructures sur celle-ci.
M. Arpin a également affirmé que les projets semblables à Divertigo voient habituellement le jour sur des terrains situés loin des quartiers densément peuplés. La coalition a présenté des photos aux élus afin de démontrer cette affirmation.
Par la voie d'un autre de ses membres, en l'occurrence David Morin, la coalition a par ailleurs indiqué avoir réussi à amasser un total de 400 signatures en faisant circuler sa pétition. « Le mouvement prend de l'ampleur », a lancé M. Morin.
À quelques reprises durant la soirée, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a invité les opposants à la patience. Elle leur a rappelé qu'une rencontre d'information concernant le projet aura lieu jeudi à compter de 19 h 30 à l'hôtel de ville.
Une autre pétition
Aussi présent à l'assemblée publique de lundi, Steeve Cloutier a quant à lui déposé une pétition de 500 noms appuyant les démarches du promoteur. Sa démarche a été critiquée par la coalition pour une série de raisons. Entre autres, on a estimé qu'une pétition en ligne n'avait pas la valeur d'une véritable collecte de signatures manuscrites.
« Des gens veulent retrouver ce qui se passait à la plage des Cantons à une autre époque », a dit M. Cloutier en déposant la pétition qu'il a lui-même amorcée.
Étranger à ce débat, le citoyen Guillaume Bouchard a néanmoins plaidé qu'il y a « peu de choses pour les jeunes familles à Magog ». Il verrait conséquemment d'un bon oeil la concrétisation du projet de M. Patry.