Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, est le chef de mission. 

Projet de loi 122 : un signe d'autonomie pour les municipalités

C'est avec enthousiasme que les maires des 27 cités régionales de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) se sont réunis, jeudi à Drummondville, afin d'étudier le projet de loi 122 visant à reconnaître les municipalités comme des gouvernements de proximité.
« C'est un projet de loi qu'on accueille avec satisfaction », tranche le premier vice-président de l'UMQ, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson. « Il est toutefois perfectible et nous laisserons chacun des caucus de l'UMQ se prononcer avant de présenter un mémoire en commission parlementaire ».
« C'est un premier pas, car il y aura plusieurs lois à réviser dans le futur, mais c'est un pas qui donne le ton. Il vient changer complètement les relations entre Québec et les municipalités », renchérit la vice-présidente du caucus des cités régionales, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.
Les municipalités s'attendent à ce que la loi 122 se traduise en économies importantes pour le contribuable, notamment en ce qui a trait à la reddition de comptes. Étant reconnus comme un gouvernement de proximité, les villes et villages n'auront plus à multiplier les démarches afin de motiver leurs décisions auprès des différents ministères.
« C'est aussi simple que de changer une limite de vitesse dans nos municipalités. Est-ce que ce sont les élus ou des fonctionnaires assis derrière leurs bureaux qui sont les mieux placés pour prendre une décision? Avant, on perdait beaucoup d'heures à tenter de convaincre les fonctionnaires, ce ne sera plus le cas », illustre M. Cusson.
Ce dernier estime que le fait que les municipalités ne soient plus obligées de publier d'avis publics dans ses journaux régionaux représentera des économies de 40 000 $ à Drummondville. Il se défend toutefois de laisser tomber les médias régionaux, considérant que l'information locale est de la plus haute importance.
« S'il s'agissait d'une subvention indirecte, nos médias locaux nous présenteront certainement des façons de faire différentes. Actuellement, le système de publication d'avis publics est inefficace, les gens ne comprennent rien », ajoute le maire de Drummondville.
Le FARR géré localement?
Les représentants des cités régionales ont, par ailleurs, indiqué qu'ils souhaitaient que le Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR), cette enveloppe de 100 millions $ annoncée par le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, soit géré localement, par les élus des différents secteurs.
« Ce fonds-là, ce sont les élus qui sont les mieux placés pour le gérer. Ils sont sur le terrain, au premier rang afin de connaître les priorités de leurs régions. L'erreur serait de faire du mur-à-mur. (...) Il faudrait que chacune des régions soit en mesure de déterminer l'organisation qui administrera le fonds », statue M. Cusson.
Le maire de Drummondville et son collègue victoriavillois, André Bellavance, se sont rendus à Bécancour en soirée afin d'exprimer leurs opinions dans le cadre du premier rendez-vous de la tournée provinciale du ministre en lien avec ce Fonds.