Éric Chênevert, directeur général de Verbom, a fait visiter son usine de Valcourt à Pierre Breton, député de Shefford, à la suite de l’annonce faite mardi matin.

Près d’un million octroyé à Verbom

Le député de Shefford, Pierre Breton, était de passage mardi matin dans la MRC du Val-Saint-François pour annoncer que le gouvernement fédéral accorde à Verbom, l’entreprise de Valcourt spécialisée en transformation de métal en feuille, une contribution non remboursable de 964 275 dollars. Celle-ci permettra notamment la création de 13 emplois.

« C’est une très belle annonce qui va nous permettre de soutenir notre croissance chez Verbom! », se réjouit Éric Chênevert, directeur général de l’entreprise.

Celui-ci compte utiliser ce soutien financier d’une part pour consolider 19 emplois cette année, en plus d’en créer 13 nouveaux l’année prochaine afin d’appuyer la production.

D’autre part, cette somme servira à développer leur technologie de formage à chaud et d’élaborer de nouveaux alliages d’aluminium, en plus de concevoir de nouveaux outils plus performants. L’entreprise sera alors en mesure d’augmenter sa production de pièces métalliques qui sont utilisées dans la fabrication de véhicules en tous genres, allant du récréatif au transport en commun, incluant l’autobus et le train.

L’usine de Valcourt se concentrera sur le développement et la fabrication des outils, alors que l’usine de Sherbrooke s’occupera de la production de pièces dès 2020.

« Verbom a des administrateurs extrêmement dynamiques qui ont une vision de l’avenir de leur entreprise, qui veulent exporter et qui ont beaucoup de projets... On parle d’innovations, de nouvelles technologies et de nouvelle machinerie — c’est une excellente nouvelle et ça a un impact très positif pour la belle région de Valcourt! » lance avec enthousiasme M. Breton.

Selon lui, c’est ce qui leur a valu cet appui, qui s’inscrit dans l’Initiative pour l’acier et l’aluminium du programme Croissance économique régionale par l’innovation (CERI) annoncée en mars 2019 par le gouvernement du Canada et ayant pour but de soutenir les petites et moyennes entreprises canadiennes de ces secteurs.

Emplois spécialisés

Le député de Shefford s’est également dit très heureux que les postes consolidés dans la région soient des emplois hautement spécialisés. M. Chênevert précise qu’il s’agit notamment des métiers d’outilleurs, de concepteurs électromécaniciens ainsi que d’opérateurs-programmeurs CNC (pour Computer Numerical Control, ou commande numérique par ordinateur).

Verbom a même formé 35 de ses employés en programmation afin qu’ils soient en mesure d’eux-mêmes programmer la machinerie qu’ils utilisent. « On est une des seules compagnies qui le font. La plupart du temps, les compagnies engagent des programmeurs et des opérateurs, mais dans ce cas-là, les opérateurs sont moins impliqués et ont moins le sentiment [de contribuer] », avance M. Chênevert.

Le directeur général note au passage que pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre, Verbom emploie plusieurs travailleurs étrangers —Des Philippines et du Mexique, mais aussi de la France. « Les Français, lorsqu’on les choisit après les entrevues, ils sont ici en quatre semaines; les Philippins, c’est 10 à 12 mois! », explique-t-il, en précisant toutefois que les contrats avec les travailleurs des Philippines durent trois ans alors que ceux avec les Français sont moins fermes et ont une durée moins prévisible.