Les agents Guertin et Côté ont patrouillé les sentiers de motoneige, samedi, à Granby.

Première patrouille à motoneige de la saison

Les patrouilleurs motoneigistes étaient en service, samedi à Granby, dans le but de faire connaître leur présence afin que la saison de motoneige démarre sur un bon pied.

Les motoneigistes ont accès aux sentiers de la région depuis la semaine dernière. Deux des trois agents formés pour la patrouille en motoneige ont sillonné les 27 km de sentiers ce samedi, afin de faire respecter le Code de la route et la Loi sur les véhicules hors route.

« Le but est de s’assurer de la sécurité sur les pistes de motoneige et de s’assurer que les gens sachent qu’on est présent, indique le porte-parole du Service de police de Granby, Guy Rousseau. On n’est pas tout le temps là, mais ça peut arriver qu’on y soit. »

Vers 10 h 30, les agents Dominic Côté et André Guertin étaient stationnés près de la station d’Hydro-Québec le long du boulevard Pierre-Laporte pour rencontrer les représentants de La Voix de l’Est. Aucun motoneigiste n’a emprunté cette section du sentier durant la rencontre. Le froid mordant a peut-être eu raison de la passion des motoneigistes, et ce, même si ce week-end avait été choisi par la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec pour tenir leur événement portes ouvertes.

« On vérifie si les personnes ont leur permis de conduire, l’immatriculation de la machine et aussi les preuves d’assurances, explique l’agent Côté. Il y a aussi les passes de sentier qu’ils doivent avoir habituellement, mais en fin de semaine, il y a des gratuités. La Fédération a donné un droit d’accès temporaire gratuit pour les sentiers. Ils doivent avoir leur formulaire rempli pour se promener dans les sentiers en fin de semaine. »

Les motoneiges doivent être munies de phares fonctionnels, de miroirs et d’un odomètre, par exemple. Les patrouilleurs font ce genre de vérifications lorsqu’ils tiennent une opération en motoneige, soit deux à trois fois par année.

« C’est une chose qu’on ne fait pas souvent. Aujourd’hui, il fait froid, mais c’est le fun. C’est différent [de patrouiller à motoneige] », ajoute l’agent Côté.

Il rappelle par ailleurs que la limite de vitesse est de 70 km/h dans les sentiers de motoneige, mais qu’elle diminue à 30 km/h dans les zones résidentielles.

Au terme de la journée de samedi, les agents de police ont rencontré une vingtaine de motoneigistes et des patrouilleurs du club de motoneigistes Corridor permanent et de la Sûreté du Québec. Aucun constat d’infraction n’a été émis.