Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
370 arbres ont été plantés à Cookshire-Eaton la semaine dernière grâce à Arbre-Évolution.
370 arbres ont été plantés à Cookshire-Eaton la semaine dernière grâce à Arbre-Évolution.

Première expérience de reboisement social à Cookshire-Eaton

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
initiative de journalisme local, La Tribune
Article réservé aux abonnés
COOKSHIRE-EATON – Cookshire-Eaton a amélioré son verdissement dans les derniers jours alors que 370 arbres ont été plantés à cinq endroits sur le territoire de la municipalité grâce à la coopérative de solidarité Arbre-Évolution. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du premier reboisement social mis en place dans la ville.  

L’équipe des travaux publics ainsi que de nombreux bénévoles ont mis la main à la pâte le 2 juin dernier afin de se joindre à l’activité. Arbre-Évolution a comme objectif de planter des arbres dans des milieux de vie. C’est au début de l’hiver que la candidature de Cookshire-Eaton a été sélectionnée.  

« Le programme cible les communautés qui ont des besoins de verdissement ayant un impact positif pour les citoyens. Les arbres plantés répondront à plusieurs besoins, comme la création d’îlots de fraîcheurs, l’embellissement des milieux de vie et la réduction du vent notamment », explique par voie de communiqué le chargé de projet pour Arbre-Évolution, Vincent Hamann-Benoit.  

C’est un total de 19 essences d’arbres qui ont été choisies afin d’être plantées notamment au Parc Castonguay, au Parc des Braves et près du Pont couvert John Cook. Arbre-Évolution est responsable du Programme de Reboisement Social depuis sept ans. 

« Pour nous, en plus d’injecter des sommes importantes dans le projet, Arbre-Évolution fait la différence sur le plan de l’expertise et de la capacité de prise en charge », souligne la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe.  

Afin de réaliser cette plantation, Arbre-Évolution a notamment été financé par le laboratoire de recherche Charles River.