Catherine Roy, de la ferme André Audet à Compton, était bénévole lors de l'édition 2018 du Pique-nique Holstein qui se tenait à la Ferme Roggua à Stanstead-Est.

Pour l'amour des vaches Holstein

Avoir des vaches Holstein, c’est un peu comme faire partie d’une grande famille. Une tribu dont le pique-nique annuel a regroupé pas moins de 3000 personnes samedi, à la Ferme Roggua à Stanstead-Est.

« Ce qui amène les producteurs à venir ici regarder les vaches, c’est vraiment de pouvoir les apprécier, et de voir l’avancement génétique que chaque producteur se force pour faire. Parce que les choix de croisements génétiques c’est le producteur qui les fait, et c’est une fierté pour chacun des éleveurs d’avoir des animaux qui sont non seulement productifs, mais qui ont une belle conformation et un super bon caractère comme celles qu’on voit ici », a expliqué Catherine Roy, de la ferme André Audet, à Compton, qui était bénévole lors de ce Pique-nique Holstein Québec 2018.

Les Holstein, ce sont les vaches laitières « classiques », noires et blanches. Comme elles produisent beaucoup de lait de bonne qualité, ce sont les vaches les plus utilisées en production laitière au Québec, d’où le grand nombre de producteurs qui s’étaient rassemblés en Estrie pour l’événement.

Chaque année, le pique-nique se déplace dans une ferme différente de la province, ce qui permet d’observer les installations et les troupeaux.

« Comme on est une association de producteurs, ces changements de lieux nous permettent de mettre de l’avant le travail de nos membres », souligne Geneviève Drolet, conseillère chez Holstein Québec. « Les gens se déplacent beaucoup et visitent la région une fois qu’ils y sont rendus. Ça nous permet aussi de varier les commanditaires et les comités organisateurs, très ancrés dans leur région », ajoute-t-elle.

Les soeurs Morneau s'illustrent

En plus de pouvoir observer le troupeau des producteurs Rachel Guay et Raymond Favreau, les visiteurs ont pu compétitionner les uns contre les autres.

Le concours de présentation Georges R. Gladu s’adressait aux jeunes de 13 à 21 ans, qui pouvaient démontrer leurs habiletés à bien conduire une génisse. C’est Marie-Rose Morneau, de la ferme Holstein Premium à Richmond, qui a remporté le grand prix. « On ne connaissait pas la génisse qu’on aurait avant d’arriver, donc il fallait s’habituer avec celle qui nous était assignée. Mais c’est le travail de la personne qui était jugé, pas le comportement de la génisse! Celle que j’ai eue n’était pas super fine au début, mais avec le temps on s’est ajustées et ç’a bien été », rapporte la jeune fille de 15 ans.

C’est sa grande sœur Audrey, 17 ans, qui a remporté le volet individuel du concours de jugement MacLeod, lors duquel cinq vaches étaient présentées à un juge officiel, qui devait les classer de la meilleure à la moins belle. Les participants devaient ensuite effectuer leur propre classement, et tenter d’arriver au même résultat que celui du juge officiel. « Tous les critères évalués sont liés à la production laitière de la vache. Ma sœur et moi, nous sommes nées sur la ferme, et nos parents s’intéressaient aux expositions et à la conformation des animaux, et ils nous ont transmis leur passion. Depuis qu’on va dans des expos, on en apprend de plus en plus! » a-t-elle lancé.

Les deux adolescentes aiment se retrouver dans cet univers où tout le monde les comprend, alors qu’à l’école leur passion peut sembler plus atypique. « Depuis que je fais ce genre de compétitions, je me suis fait beaucoup d’amis, souligne Marie-Rose. La gang est l’fun, et comme on est tous dans le même milieu, on se comprend. C’est aussi une occasion de faire de notre mieux, de se faire connaître. »

Les participants ont aussi pu faire la fête : bière et saucisses, méchoui et soirée dansante étaient au programme.

Pour plusieurs d’entre eux, il s’agissait d’une petite pause bien méritée pendant l’été.

D’ailleurs, comment peut-on se permettre de laisser sa ferme quelques jours pour aller festoyer dans une autre région?

« Souvent, quelqu’un de très gentil reste à la ferme pour faire la traite! » explique Catherine Roy. « Au moins, comme il y a eu un peu de pluie, que c’était nuageux et que les travaux aux champs étaient terminés, les gens pouvaient se féliciter et venir passer du bon temps ici à Stanstead. »

L’Estrie a déjà accueilli le Pique-nique Holstein par le passé. L’événement s’est notamment tenu à North Hatley en 2010, et à Compton en 2003.