Plusieurs projets verront éventuellement le jour à l’usine Domtar de Windsor.

Plusieurs projets autour de Domtar

Plusieurs projets verront éventuellement le jour à l’usine Domtar de Windsor, bien que la direction ne confirme rien officiellement. Pourtant, l’annonce de la construction d’un bioparc autour de l’usine ne laisse présager que du bon, autant pour la direction que pour le Syndicat des pâtes et papiers de Windsor.

Rappelons que le président et chef de la direction de Domtar Corporation, John D. Williams, confirmait la construction du bioparc à la suite de son discours prononcé la semaine dernière devant les membres du Cercle canadien de Montréal. Il ajoutait qu’il y avait quelque chose à développer autour des biomatériaux avec l’entreprise CelluForce située sur les terrains de l’usine de Windsor et dont fait partie Domtar.

Lire aussi: Domtar construira un bioparc à Windsor

« Plusieurs projets sont en développement dont celui de transformer la fibre en plusieurs bioproduits. Déjà, des projets structurants sont et seront mis sur pied comme TG2 et l’aménagement de la cour à bois en 2019. Des projets qui concernent l’usine de pâte sont en développement. Je ne peux élaborer davantage sur le sujet puisque des discussions sont présentement en cours avec différentes compagnies », affirme Éric Ashby, directeur général de l’usine Domtar de Windsor, actuellement à l’extérieur du pays.

La fibre de bois est, selon lui, le produit du futur et les investissements prévus à Windsor assurent la pérennité de l’usine. « On regarde plusieurs projets, mais nous n’annonçons rien officiellement pour le moment. Nous sommes actuellement à l’étape préliminaire. Toutefois, les plus récentes annonces prouvent que nous travaillons à la pérennité de l’usine de Windsor en la modernisant et en diversifiant les produits », ajoute le directeur.

Du côté du Syndicat des pâtes et papier de Windsor, on espère que les futurs projets de Domtar augmenteront le nombre d’emplois. « Le projet de bioparc est à l’étude et on est satisfait que la compagnie désire axer ses actions vers le développement. Avec la concrétisation du bioparc, si de nouvelles usines se construisent autour, il serait intéressant de s’y greffer et ainsi créer de nouveaux emplois », espère Marc Frappier, président du syndicat.

Parmi les projets à venir, notons la transformation de la lignine, un produit du bois qui servirait à fabriquer autre chose que du papier. « L’usine est en pleine progression avec de nouveaux projets, ce qui consolide les emplois et rassure les employés. L’usine de nanocellulose se remet en fonction. Cela ne créera pas de nouveaux emplois. Nous rappellerons seulement les gens ayant de l’expertise dans le domaine et qui travaillent actuellement dans l’usine », explique le président syndical en ajoutant que « les relations avec la direction sont bonnes et nous désirons que ça se poursuive ».