Plusieurs idées pour la sortie 118

À quoi voudriez-vous que le secteur de la sortie 118 de l’autoroute 10 ressemble? La Ville de Magog a posé la question à sa population et les réponses obtenues ont permis de constater que tous ne s’entendent pas sur l’avenir de cette porte d’entrée municipale.

Mardi soir, la Ville de Magog a tenu une «séance d’idéation» afin d’offrir l’opportunité aux citoyens d’exprimer leur opinion au sujet du développement de la sortie 118. Près de 100 personnes ont participé à la rencontre, qui s’est déroulée au centre communautaire de Magog.

À lire aussi: Comment développer la sortie 118 de l'autoroute 10?

Les participants ont été séparés en petits groupes et on a demandé à chacun d’entre eux de dresser une liste de projets qui cadreraient bien dans la zone ciblée.

Au terme de l’exercice, plusieurs équipes ont affiché un net penchant pour un développement vert et écologique. Le déménagement du marché public de Magog dans le secteur de la sortie 118 figure parmi les idées qui ont été les plus souvent énoncées. L’aménagement d’infrastructures de transport actif, tels une piste cyclable ou un sentier piétonnier, a également été proposé à maintes reprises.

Par ailleurs, un nombre non négligeable de personnes ont suggéré de réaménager les bretelles de l’autoroute 10 et de créer un ou des carrefours giratoires à cet endroit, cela afin d’améliorer la circulation automobile dans le secteur.

La plupart des équipes ont indiqué qu’elles étaient favorables à l’implantation de nouveaux commerces dans la zone en question. Certaines ont cependant précisé qu’elles préféraient qu’aucune chaîne commerciale d’envergure ne s’installe sur place. Mais d’autres ont paru nettement moins restrictives sur ce plan et ont même ouvert la porte à la construction d’un hôtel de quatre étages.

La zone à laquelle se sont intéressés les participants à la consultation comporte plusieurs terrains vacants, des résidences ainsi qu’un nombre assez limité de commerces. Aucun réseau d’égouts ni d’aqueduc ne dessert ce secteur. Par contre, celui-ci est traversé par deux tracés de gazoduc.

«On ne veut pas discuter de zonage en ce moment. Cela dit, des changements d’usage sont susceptibles de venir plus tard, en fonction des opinions exprimées et des objectifs de la Ville», a précisé mardi Réal Girard, directeur de la planification et du développement du territoire à la Ville.

«Contente»

Présente au centre communautaire mardi soir, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a admis à la fin de la rencontre qu’elle avait été particulièrement heureuse d’entendre les participants réclamer une reconfiguration des bretelles de la sortie 118.

«Je suis très contente des demandes au sujet des bretelles de l’autoroute 10. Ça va dans le sens de ce qu’on pense et, si on a la population de notre côté, ce sera probablement plus facile de mettre de la pression sur le ministère des Transports du Québec», a déclaré Mme Hamm.



« Pour la circulation autoroutière, la sortie 115 reste primordiale. »
Vicki-May Hamm

Interrogée par La Tribune, la mairesse de Magog a par surcroît assuré que l’intention de sa municipalité n’est pas de créer une concurrence entre les sorties 118 et 115. Rappelons qu’une aire de services d’importance, où on retrouve en outre des restaurants et un centre d’information touristique, prend place au kilomètre 115 de l’autoroute 10.

«Pour la circulation autoroutière, la sortie 115 reste primordiale, lance Vicki-May Hamm. Mais, en dehors de cet aspect, je pense que ces deux secteurs peuvent être complémentaires.»

Au cours des derniers mois, le Groupe Laroche a annoncé son intention de réaliser un projet commercial non loin du kilomètre 118 de la 10. L’entreprise attendrait «un retour» de la municipalité à ce sujet.

«L’objectif de notre scéance d’idéation de mardi, c’est de réfléchir avec la population dès le départ plutôt que d’arriver avec un projet tout ficelé à l’avance. On pense que ce sera avantageux pour les promoteurs parce qu’on ne les fera pas travailler sur des projets pour rien.»