La Ville de Magog prévoit investir 38,3 millions $ pour améliorer ses infrastructures au cours des trois prochaines années.
La Ville de Magog prévoit investir 38,3 millions $ pour améliorer ses infrastructures au cours des trois prochaines années.

Plan triennal à Magog: des investissements de 38,3 M $ prévus

La Ville de Magog prévoit investir 38,3 millions $ pour améliorer ses infrastructures au cours des trois prochaines années. Plus de la moitié de cette somme permettra la remise en état de tronçons de rues ou de chemins nécessitant des travaux importants.

En 2020 tout comme lors des deux années suivantes, la Ville de Magog a l’intention d’injecter 7 M$ pour réaliser des projets d’amélioration de son réseau routier. Il s’agit d’une augmentation puisque la municipalité a pendant plusieurs années limité ses investissements dans ses routes à 6 M$ par an, si l’on fait abstraction du chantier majeur au centre-ville évidemment.

Pas avant 2022

Par ailleurs, d’après le plan triennal d’immobilisation de la Ville, il faudra attendre jusqu’en 2022 avant qu’un investissement majeur soit effectué afin de régler les problèmes posés par l’usine d’épuration des eaux du secteur Omerville.

Ainsi, la Ville prévoit investir 5 M$ afin d’accroître sa capacité globale de traitement des eaux usées sur son territoire. Ce montant sera-t-il suffisant? Difficile de le prévoir, mais l’aide gouvernementale qui sera consentie pour le projet élaboré aura une influence majeure. Plus le gouvernement provincial accordera d’argent à la municipalité et plus la facture pour celle-ci diminuera.

Mauvaises odeurs

Rappelons que les citoyens vivant près de l’usine d’épuration d’Omerville se plaignent des mauvaises odeurs dégagées par cette dernière. De plus, cette usine est devenue trop petite pour les besoins existants, de sorte que le développement d’Omerville en souffre.

Le 520 Saint-Luc

Dans le plan triennal de la Ville, on apprend également que 3 M$ seront dépensés pour réaménager des bureaux administratifs situés au 520 de la rue Saint-Luc.

« L’objectif, c’est d’optimiser les espaces déjà existants au 520 Saint-Luc. Entre autres, on créera une salle où pourront être regroupées nos archives, qui actuellement sont dispersées en différents lieux », souligne la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Notons aussi que, d’après le plan triennal d’immobilisation dévoilé lundi, la dette de Magog passera de 73 M$, cette année, à 83 M$, en 2022. Mme Hamm remarque cependant que les « estimations pour la dette future sont souvent trop élevées ». Elle considère donc en quelque sorte qu’il est préférable d’attendre avant de tirer la sonnette d’alarme.

Il importe par surcroît de préciser qu’une importante portion de la dette est supportée par les gouvernements supérieurs ou encore de petits groupes de citoyens bénéficiant de projets d’infrastructures précis.