Le premier ministre Philippe Couillard accompagné de l’adjointe parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse et députée de Richmond Karine Vallières, au Centre d’art de Richmond jeudi matin.

Place aux jeunes en région reçoit 10,5 M$

Le gouvernement du Québec octroie près de 10,5 M$ sur trois ans au programme Place aux jeunes. L’annonce a été faite par le premier ministre Philippe Couillard, accompagné du ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Estrie Luc Fortin et de l’adjointe parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse et députée de Richmond Karine Vallières, au Centre d’art de Richmond jeudi matin.

L’objectif de cette entente est d’améliorer la prévisibilité de la gestion de ce programme dédié aux diplômés âgés de 18 à 35 ans en région.

« La jeunesse représente la clé de notre avenir. Il est important de lui faire confiance et de lui donner les moyens de ses ambitions », affirme Philippe Couillard qui ajoute que la rétention des jeunes est d’autant plus importante en raison du manque de main-d’œuvre vécu dans les régions du Québec.

« L’annonce d’aujourd’hui en est une de stabilité. Avec un horizon de trois ans de financement, il ne sera pas nécessaire chaque année de passer par le gouvernement afin de savoir si l’argent reviendra l’année suivante », ajoute le premier ministre du Québec.

Une somme  de 2,95 M$ sur trois ans sera octroyée à l’organisme Place aux jeunes, tandis que 7,56 M$  seront réservés aux 52 partenaires-promoteurs du programme Place aux jeunes.

La députée de Richmond Karine Vallières voit d’un bon œil le partenariat entre le gouvernement et l’organisme. « Nous allons continuer de construire ensemble le visage de nos régions. Chacune d’elles a sa propre couleur, sa propre réalité et représente un arc-en-ciel d’opportunités. Cette annonce permet de mieux prévoir la façon d’administrer le programme. »

Elle ajoute que « l’an dernier, 5500 jeunes ont utilisé les services de Place aux jeunes en région, 1000 jeunes ont participé aux séjours exploratoires et de ce nombre, 760 se sont établis en région ».

C’est le cas de Stéphanie Delorme qui a retrouvé ses racines à Saint-Denis-de-Brompton. « J’ai parcouru plusieurs parties du monde pour trouver la place où m’installer et réaliser mon rêve. C’est dans la maison de mon père à Saint-Denis que tout s’est enclenché », explique la propriétaire de Libella-Yoga sur le Lac. « Place aux jeunes m’a permis de découvrir ma région. »

Pour Christian Perreault, originaire de Montréal, Place aux jeunes a facilité son intégration en région. « Ma conjointe et moi voulions élever notre famille en région pour l’équilibre travail-famille qui, selon nous, est plus facile à atteindre. »

Le ministre de la Famille Luc Fortin a souligné qu’il est « primordial d’attirer les jeunes puisqu’on a besoin d’eux en région et surtout de faire en sorte qu’ils y demeurent. À l’extérieur de Montréal, l’Estrie est la seule région où les jeunes peuvent étudier dans les deux langues jusqu’à l’université. »

Le programme Place aux jeunes est issu de la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021 qui relève de la Politique québécoise de la jeunesse 2030. Il facilite la migration et le maintien des diplômés de 18 à 35 ans en région en les aidant à s’intégrer dans leur milieu.

Parler d’entrepreneuriat avec le premier ministre

Lors de sa tournée en Estrie jeudi, le premier ministre du Québec Philippe Couillard s’est arrêté en matinée à l’école secondaire du Tournesol à Windsor. Près de 40 élèves et professeurs se sont réunis au Café des Artistes de l’école pour l’accueillir et parler d’entrepreneuriat avec celui qui était accompagné par le ministre de la Famille et ministre responsable de l’Estrie, Luc Fortin, ainsi que l’adjointe parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse et député de Richmond, Karine Vallières.

D’entrée de jeu, deux élèves ont présenté leur projet de nouvelle COOP d’entraide appelé Auxilium. L’objectif de l’organisation est de fabriquer des vêtements de sport, d’organiser des évènements spéciaux et de créer une Maison de jeune à même l’établissement.

Le premier ministre en a profité pour poser ses questions et répondre à celles des élèves. Ceux-ci se demandaient entre autres quel genre d’entrepreneurs le Québec avait besoin ou quel aspect de l’entrepreneuriat il préférait. « C’est le rêve, l’idée de départ. Pour se lancer, il faut prendre des risques », a-t-il affirmé, appuyé par ses collègues.

Interrogé par les étudiants sur ses intentions, lors de sa visite au Tournesol, le premier ministre du Québec a évoqué d’emblée l’importance de l’éducation. « J’ai vu l’esprit de l’école, sa richesse et son dynamisme. Ma visite est axée sur l’éducation et les entreprises jeunesse. »

Avant de se rendre au Café des Artistes, M. Couillard a constaté de visu le travail entrepris par la compagnie Sur mon 36 et celui de la COOP du Tournesol qui s’occupe d’offrir des repas santé au meilleur coût possible.
« Le premier ministre s’est tout de suite intéressé à la COOP en me posant plusieurs questions. Il s’est ensuite dirigé vers les employés pour leur serrer la main et nous a félicités pour notre patience et notre dévouement », mentionne le président de la COOP du Tournesol, Dany Paquin.

« Nous avons pu lui expliquer notre nouveau service d’offrir des repas aux gens de l’extérieur de l’école. Je lui ai mentionné qu’avoir des valeurs, ça coûte cher, surtout dans un petit milieu où cinq restaurants leur offrent de la nourriture en service rapide. C’est attrayant pour les jeunes », déclare le président en ajoutant que la présentation protocolaire s’est soldée par un échange « entre deux humains intéressés par la coopération ».

Dans le cadre de sa visite en Estrie, le premier ministre Philippe Couillard a accompagné la députée de Richmond, Karine Vallières, à l’école secondaire du Tournesol de Windsor.