Claude-Auguste Piant

Piant a été condamné à 30 mois de prison

Venu au Québec pour entreprendre relation une adolescente de 15 ans, Claude-Auguste Piant a été condamné à 30 mois de prison à Sherbrooke.
Après réflexion sur la suggestion commune des avocats au dossier, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec a accepté la peine où le Français de 62 ans devra purger encore 25 mois et demi, une fois la détention provisoire déjà purgée retranchée.
La juge a indiqué que le crime que Piant a reconnu pouvait s'apparenter en quelque sorte à du tourisme sexuel.
«Bien que clémente, cette peine m'apparaît raisonnable, justifiée et appropriée même si elle avait pu être plus élevée», a indiqué la juge Desgens.
Claude-Auguste Piant est détenu depuis le lendemain de son arrivée au Canada.
Le Français d'origine a admis sa culpabilité aux accusations de leurre informatique, d'incitations à des contacts sexuels et de contacts sexuels sur une personne âgée de moins de 16 ans, de même que de production et de possession de pornographie juvénile et d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne de moins de 18 ans.
La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a tenu compte du fait que la victime n'aura pas à venir témoigner en présentant avec cette suggestion commune avec l'avocat de La Défense Me Jean-Guillaume Blanchette.
Les faits reprochés à Claude-Auguste Piant se sont produits entre mai 2015 et septembre 2016, après qu'il eut fait la connaissance d'une adolescente de Sherbrooke par le biais d'un jeu en ligne.
Originaire de la région de la Lorraine en France, Piant a été arrêté au lendemain de son arrivée à Sherbrooke sur le terrain de la résidence familiale de l'adolescente. Depuis son arrestation le 11 septembre dernier, il se retrouve derrière les barreaux pour diverses accusations de nature sexuelle relative à l'adolescente de 15 ans.
Claude-Auguste Piant a confirmé à une enquêteuse du Service de police de Sherbrooke qu'il était prêt à avoir une relation sexuelle complète avec l'adolescente qu'il était venu rejoindre à Sherbrooke même s'il la savait mineure.
Rappelons que selon les motifs du mandat de perquisition émis pour fouiller le logement que Piant avait loué à Sherbrooke dont La Tribune a obtenu copie, l'accusé explique être tombé amoureux de l'adolescente après six mois de relation virtuelle.
Sur son profil Facebook le 6 septembre, Claude-Auguste Piant avait annoncé son départ vers le Canada.
Le criminel a présenté ses excuses à la famille de la victime.
La mère de l'adolescente a lu une lettre au tribunal pour faire part des conséquences et ces gestes de Piant sur sa famille.