Personne en situation d’itinérance: début du dénombrement le 24 avril

Combien y a-t-il de personnes qui vivent en situation d’itinérance en Estrie? C’est entre autres pour répondre à cette question que, le soir du 24 avril et les jours suivants, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS coordonnera un dénombrement des personnes en situation d’itinérance visible.

Des intervenants et des bénévoles sillonneront deux villes du grand territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS : Sherbrooke et Granby. « Dans les autres villes, le phénomène de l’itinérance visible est extrêmement marginal », souligne Charles Coulombe, responsable de la coordination intersectorielle en itinérance pour le territoire desservi par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Lire aussi: Dénombrement des itinérants : « Une expérience stigmatisante »

Un dénombrement des itinérants le 24 avril

À Sherbrooke, on estime que 1500 personnes différentes utilisent les différentes ressources d’hébergement, comme le Partage Saint-François, ce qui donne un aperçu du nombre de personnes itinérantes. Les personnes qui fréquentent les soupes populaires, qui se trouvent donc en situation de grande pauvreté ou d’itinérance cachée, sont toutefois beaucoup plus nombreuses.

À Granby, on n’a pas de pareille estimation.

C’est pourquoi on fera un premier dénombrement le 24 avril au soir ainsi que dans les jours suivants dans les différentes ressources que fréquentent les personnes en situation d’itinérance.

Un portrait de l’itinérance qui comporte quatre volets dont le dénombrement n’est que le premier pas.

En effet, cette « photo ponctuelle » prise lors du dénombrement mènera à la diffusion d’un portrait de l’itinérance au Québec dont la sortie est prévue en 2020. Ce portrait sera réalisé à partir d’une diversité d’indicateurs permettant d’avoir une compréhension globale de l’itinérance.

Les trois derniers volets seront les suivants : documenter l’itinérance cachée, à l’aide d’un questionnaire qui pourra conduire à l’ajout de questions sur l’itinérance au sein d’une enquête sociale plus générale; documenter l’utilisation des services par les personnes en situation d’itinérance; enfin, approfondir les connaissances à l’égard des personnes en situation d’itinérance, en documentant leurs caractéristiques, leur parcours ainsi que les facteurs sociaux et individuels associés à leur réalité.

Quelle est la différence entre l’itinérance visible et l’itinérance cachée? Les gens en situation d’itinérance visible fréquentent les refuges où dormir la nuit ou les logements de transition par exemple, ou encore qui dorment dans des lieux non conçus pour l’habitation, comme le dessous des ponts.

L’itinérance cachée est celle où les gens vivent chez un ami, chez quelqu’un en situation d’exploitation sexuelle, bref des gens qui sont très instables sur le plan du logement mais qu’on ne voit jamais dans la rue ni dans les ressources d’hébergement.

Soulignons enfin que ce dénombrement se déroulera simultanément dans onze régions du Québec en utilisant une approche commune pour assurer une harmonisation dans la collecte, la saisie et l’analyse des données. Ce grand exercice s’inscrit également dans une démarche canadienne, une première mondiale où un ensemble de collectivités d’un pays dénombrera les personnes en situation d’itinérance à la même période de l’année.

Bénévoles recherchés

Une équipe formée de membres du personnel de diverses directions du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, de représentants des ressources communautaires ainsi que des services policiers soutient la réalisation du dénombrement à l’échelle régionale. Ils ont sélectionné les emplacements et les territoires à couvrir, déterminé les ressources (bénévoles ou intervenants) nécessaires, conçu un plan de sécurité, prévu la logistique sur le terrain ainsi que de la mise en place de quartiers généraux à Sherbrooke et Granby.

La dernière étape essentielle à la réussite de l’opération reste le recrutement de bénévoles prêts à faire remplir des questionnaires dans des lieux extérieurs le soir du 24 avril ainsi que dans des refuges ou autres ressources les jours suivants. « Tous les bénévoles recevront une formation d’une heure et tout sera mis en œuvre pour assurer leur sécurité », assure M. Coulombe.

Les besoins sont particulièrement criants dans la région de Granby.

Les gens intéressés à offrir quelques heures peuvent s’inscrire au www.msss.gouv.qc.ca.