Geneviève Côté

Pénurie d'articles pour bébés chez Moisson Estrie

SHERBROOKE - En matière d'articles pour enfants de 0 à 5 ans, les tablettes sont presque vides chez Moisson Estrie. L'organisme lance la campagne La Grande Récolte pour les enfants afin de pouvoir offrir des articles pour les bambins, tels que des couches, du lait maternel et des purées.

Tous les articles pour bébés et jeunes enfants sont entreposés dans une garde-robe chez Moisson Estrie. Mais plus de la moitié de celle-ci est vide. L'organisation comble donc les besoins en utilisant les dons en argent.

« Les besoins sont énormes, lance la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté. Juste pour les couches, on s'entend qu'un enfant peut difficilement s'en passer. Les changements doivent se faire de manière régulière. On sait combien peut coûter un sac de couches », explique-t-elle, ajoutant que la denrée est si rare que l'organisme divise le nombre de couches afin que plus de familles puissent en profiter. Les couches de grandeur quatre et cinq sont les plus recherchées.

Bon moment

Actuellement, la quantité de denrées est à son plus bas. « On se fait des réserves durant la période des Fêtes, car on sait que les gens sont d'une grande générosité durant ce temps de l'année. Mais déjà, nous sommes rendus au mois de mars et les réserves sont à sec. C'est le bon moment de penser à acheter une boîte de plus si on a des enfants à la maison et si on a les capacités financières de le faire », demande Mme Côté.

La Grande Récolte pour les enfants, qui durera tout le mois d'avril, en est à sa troisième édition. « On veut sensibiliser les gens au fait que les banques alimentaires ont aussi une nécessité de combler tout ce qui est pénurie de pâte d'Ihle, de couches, de produits pour nourrissons et de purées. Même les petites serviettes humides peuvent être des compléments à offrir aux banques alimentaires [...] C'est un partenariat avec d'autres Moisson. On travaille ensemble pour développer des outils, donc ça diminue les frais reliés à ces campagnes. On se partage des trucs, des façons de créer des événements », dit Mme Côté avec optimisme.

Comme le centre Bell

L'auteure et professeure de philosophie Véronique Grenier, qui est également porte-parole régionale pour la campagne, est sensibilisée par la cause, elle qui est maman de deux enfants. « Je trouve qu'on oublie la cause des enfants, déclare-t-elle. On est une société riche au Québec, mais on a des enfants qui ne mangent pas. Si on met les 0-5 ans de Montréal et de Sherbrooke ensemble, ce sont 20 000 enfants qui sont bénéficiaires des organismes Moisson. Ça remplit le Centre Bell! C'est le principe de l'égalité des chances qui n'est pas rempli. Comme société, on devrait travailler un peu plus fort à s'assurer que les enfants mangent et qu'ils se développent à leur plein potentiel. »