Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Vendredi dernier à Saint-Étienne-de-Bolton, un père et son fils ont été interceptés sur la route 112 par la SQ alors que le jeune homme de 22 ans se trouvait dans la caisse du véhicule conduit par un homme de 59 ans.
Vendredi dernier à Saint-Étienne-de-Bolton, un père et son fils ont été interceptés sur la route 112 par la SQ alors que le jeune homme de 22 ans se trouvait dans la caisse du véhicule conduit par un homme de 59 ans.

Passager dans la boîte d'une camionnette: 1550 $ d’amende pour un père et son fils

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Prendre place dans la boîte d’une camionnette en mouvement n’est pas une bonne idée, encore moins quand elle circule sur la voie publique.

Vendredi dernier à Saint-Étienne-de-Bolton, un père et son fils ont été interceptés sur la route 112. Le jeune homme de 22 ans se trouvait dans la caisse du véhicule conduit par un homme de 59 ans.

Une policière de la Sûreté du Québec (SQ) les a interceptés vers 17 h 30, à l’intersection du chemin du Grand-Bois et de la route 112, rapporte Valérie Beauchamp, agente d’information à la SQ.

Cette infraction au Code de la sécurité routière leur a valu chacun un constat de 1550 $ et 12 points d’inaptitude. Leur permis de conduire respectif a été suspendu pour une période de sept jours et le véhicule a été saisi sept jours, ajoute Mme Beauchamp. 

« C’est un comportement très dangereux. Il n’y a aucun dispositif de sécurité dans la caisse d’une camionnette. En cas de collision, le passager peut être projeté hors du véhicule », dit-elle.

« Ce n’est pas survenu dans un chemin de ferme, mais sur une grande route provinciale. »

Mme Beauchamp ne peut dire combien de kilomètres le véhicule a parcourus avec un passager dans la boîte. La policière a intercepté la camionnette immédiatement après l’avoir aperçue, dit-elle.

D’autres grands excès de vitesse

Par ailleurs, d’autres grands excès de vitesse (GEV) ont eu lieu sur le territoire estrien au cours des derniers jours.

Le 14 juillet vers 14 h 15, les policiers de la SQ ont mis fin à la course d’une automobiliste qui filait sur l’autoroute 610 à la hauteur du kilomètre 7 à Sherbrooke. La femme âgée de 39 ans de Sherbrooke a été captée alors qu’elle circulait à 163 km/h dans une zone où la limite permise est de 100 km/h. 

Elle a reçu un constat d’infraction de 1238 $ et 14 points d’inaptitude. Son permis de conduire a été suspendu pour une période de sept jours, puisqu’il s’agissait d’un GEV. 

Le lendemain vers 16 h sur l’autoroute 10, encore une fois à la hauteur Saint-Étienne-de-Bolton, un homme âgé de 30 ans de Québec roulait à 160 km/h dans une zone où la limite permise est de 100 km/h. Cette infraction lui a valu un constat de 1088 $ et dix points d’inaptitude. Il a aussi perdu son permis de conduire pour une période de sept jours.