Pas de mariage entre Danville et Asbestos

Danville et Asbestos resteront des voisines tissées serrées, mais le mariage envisagé est écarté pour le moment.

Après s’être longuement penché sur les conclusions de cette étude préliminaire, le comité de travail réunissant les conseils municipaux des deux municipalités a finalement tranché en faveur de collaborations intermunicipales, mais l’idée de regroupement n’a pas été retenue.

À LIRE AUSSI: Fusion Asbestos-Danville : les citoyens seront appelés à trancher

Fusion municipale: Asbestos et Danville se courtisent

Il y a quelques mois, les Villes d’Asbestos et de Danville annonçaient qu’elles évalueraient la possibilité de se regrouper à l’aide d’une étude d’opportunité réalisée par le Ministère des Affaires municipales et de l’habitation (MAMH).

Le comité a examiné plusieurs pistes de solutions, mais parmi ce qui a mené à la décision de rejeter la fusion, notons  la difficulté d’établir un système de taxation harmonisé entre les deux municipalités en ce qui concerne les commerces et les industries.

Les démarches des deux conseils ont alors plutôt évolué vers des ententes de collaborations.

« Lorsque nous avons annoncé que nous allions explorer la possibilité de regroupement, il était clair que les citoyens seraient impliqués dans le processus. Nous avons d’ailleurs tenu des rencontres d’information afin d’entendre leurs préoccupations et questions», explique le maire de Danville, Michel Plourde.

«Toutefois, nous avions aussi précisé qu’un référendum aurait lieu uniquement si les deux conseils municipaux jugeaient qu’un regroupement aurait été favorable. Comme ce n’est pas le cas, il n’y aura pas de vote.»

Les villes d’Asbestos et de Danville continueront donc à collaborer étroitement, elles qui ont notamment des ententes concernant le traitement des eaux et la voirie et qui partagent également une ressource dans leur corporation de développement socioéconomique respective.

« L’étude réalisée et les réflexions entamées par le comité de travail auront permis de savoir quelles ententes intermunicipales sont possibles», ajoute le maire d’Asbestos, Hugues Grimard.

«Nous allons donc pouvoir analyser ces nouvelles pistes dans l’avenir afin de créer des collaborations optimales pour Asbestos et Danville.»

Hugues Grimard

Étant donné que les travaux de réalisation de l’étude avec le MAMH n’ont pas mené à la décision d’un regroupement, l’étude ne pourra pas être complétée ni être rendue publique, précise-t-on dans un communiqué de presse.

Les citoyens ayant des interrogations sont toutefois invités à communiquer avec leur hôtel de ville respectif afin de s’adresser à une personne-ressource qui pourra les éclairer.

 Rappelons que Danville et Asbestos se courtisent depuis plus d’un an.  On apprenait en septembre 2018 qu’une demande allait être adressée au MAMOT afin de mener l’étude qui établira les avantages et inconvénients de la création possible de cette nouvelle ville unifiée.