Tous les déneigeurs contactés par La Tribune ont avoué être déjà au maximum de leur capacité et prendre de nouveaux clients au compte-gouttes.

Pas de déneigeur pour les retardataires

Des centaines de Sherbrookois sont encore à la recherche d’un déneigeur et leur chance d’en trouver un est bien mince. Les importantes chutes de neige ont fait en sorte que les déneigeurs ont été inondés d’appels alors qu’ils ne peuvent pas répondre à la demande.

Toutes les entreprises contactées par La Tribune ont avoué être déjà au maximum de leur capacité et prendre de nouveaux clients au compte-gouttes. Les Entreprises CDC par exemple sont déjà complètes depuis environ un mois.

« On essaie de les référer à d’autres, mais ils sont pleins et eux réfèrent à d’autres qui sont pleins, explique Carl-Dominique Couture, propriétaire. Ça devrait se faire plus vers le mois d’août ou septembre. On a l’air achalant quand on va voir les gens, mais c’est le meilleur temps pour réserver des places. »

Jacques Robitaille de chez Déneigement Robitaille qui opère dans le sud-est de la ville possède 200 clients et a reçu au moins une soixantaine d’appels durant la récente tempête.

« J’en prends encore un peu, mais il faut vraiment que ce soit dans mon secteur et que je passe déjà devant, admet-il. Et je ne prends que les cours faciles. »

Steve Colin, de chez Entretien des Cantons à Sherbrooke, espère pouvoir ajouter des clients lorsque la situation sera revenue à la normale.

« S’il ne neige pas trop, je vais prendre le dessus et commencer à reprendre des clients dans les secteurs ou j’en ai moins, indique-t-il. Mais pendant la tempête ce n’était vraiment pas le temps. On est des déneigeurs, quand il neige, on déneige. »

Trop sévères?

M. Colin ne veut toutefois pas répéter l’erreur qu’il a commise l’année dernière, soit de prendre trop de clients.

« L’an dernier, la saison est partie raide et les gens donnaient de mauvais commentaires sur internet, déplore-t-il. Donc au lieu de faire plaisir au monde et d’accepter qu’au début ça aille un peu mal, bien cette année je n’en ai pas pris d’autres. Si les gens arrêtaient de nous faire de mauvais commentaires, on serait plus enclin à en prendre plus et à s’ajuster. Les gens sont trop sévères. »

« Si le monde m’avait appelé en septembre, j’aurais peut-être pris un tracteur ou deux de plus et engagé un autre gars, ajoute-t-il. En ce moment, c’est trop à la dernière minute. »

Carl-Dominique Couture confirme que la main-d’œuvre se fait rare dans le monde du déneigement.

« On est comme les Tim Hortons, la main-d’œuvre est dure à avoir. C’est une job où tu es à la merci de dame Nature. »

La majorité des déneigeurs chargent un prix fixe pour l’hiver. Or, avec les hivers que l’on connaît dernièrement, certains contrats viennent maintenant avec des limites. C’est le cas chez les Entreprises CDC.

« Quand tu prends un trio chez McDo, c’est un trio, image-t-il. Tu n’auras pas un dessert en plus parce que tu es gentil avec la caissière. Un moment donné, il faut mettre des limites. Je sors à sept centimètres de neige et je commence à charger de l’extra après 294 cm. Si je sors plus de 25 fois durant l’hiver je commence à charger. Le monde nous trouve chers, mais le prix des contrats est le même qu’il y a 20 ans, mais toutes nos dépenses ont doublé. »

+

La Ville enlèvera la neige à partir de dimanche

Le Service de l’entretien et de la voirie de Sherbrooke procédera à l’enlève-ment des bancs de neige à compter dimanche soir. L’opération com-mencera vers 22 h et s’étendra sur une période d’environ cinq nuits.

Les bancs de neige seront enlevés le long des rues qui sont bordées de trottoirs ou qui comprennent un corridor scolaire.

Le stationnement dans les rues la nuit entre minuit et 7 h demeurera interdit pendant toute la durée des opérations de déneigement afin de les faciliter.

La Ville de Sherbrooke invite les citoyens à respecter ces heures d’interdiction et à sortir leurs bacs roulants le matin même de la collecte et à les ranger dès que possible.

Début du stationnement de nuit

À Sherbrooke, du 15 novembre au 31 mars, le stationnement de nuit dans les rues est interdit de minuit à 7 h. Toutefois, certaines nuits de l’hiver pourront faire l’objet d’une levée d’interdiction.

Dès 16 h, chaque jour, les gens peuvent vérifier sur le site Web de la Ville si une levée de l’interdiction de stationner de nuit est en vigueur pour la nuit à venir.