Ouverture de lits : Québec injecte 13,6 M$ en santé

Alors que des voix s'élèvent de plus en plus fort pour que des améliorations soient apportées au réseau de santé de longue durée, le gouvernement annonce des investissements importants en Estrie.
Gaétan Barrette
Une aide financière de 13 654 990 $ est accordée pour la région, en vue de diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux, annoncent le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, et le député de Sherbrooke Luc Fortin.
Ce montant servira à la création de 206 places pour les personnes qui sont en attente de services en hébergement et à l'ajout d'effectifs en centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
L'Estrie recevra un montant de 11 857 390 $ pour la création de 160 places en soins de longue durée pour des personnes en perte d'autonomie modérée, 14 nouvelles places en réadaptation et convalescence, et 32 nouvelles places en santé mentale.
Ainsi, ce sont autant de lits de soins aigus qui se libèreront dans les centres hospitaliers de la région. Cette initiative s'inscrit directement dans l'investissement de 100 M$ annoncé le 7 décembre dernier, visant à désengorger les urgences et diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux du Québec.
Précisons que ces 160 places en soins de longue durée incluent les 32 nouveaux lits qui se créeront avec la construction d'un CHSLD de 96 lits en Haute-Yamaska (CHSLD intégrant également 64 lits d'hébergement transférés du centre hospitalier de Granby), comme annoncé le 18 janvier 2017.
Pour soutenir cette offre de service accrue et plus précisément en vue d'améliorer les soins et les services offerts dans les CHSLD, les deux ministres ont également annoncé un investissement de 1 797 600 $ destiné à l'embauche de personnel.
Cela représentera environ 36 personnes de plus dans les CHSLD de la région de l'Estrie, qui occuperont des postes de préposés aux bénéficiaires ou d'infirmières auxiliaires. Rappelons que qu'un investissement additionnel 65 M$ pour l'ajout de ces types de ressources dans l'ensemble du Québec avait été annoncé à l'issue du Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD, tenu en novembre dernier.
Dans les derniers jours, des plaintes provenant des membres du personnel et de proches de patients ont été entendues publiquement pour dénoncer le manque d'effectifs dans le réseau.
Par exemple, des patients incapables de se mouvoir d'eux-mêmes n'ont pas pu être levés au pavillon Argyll  à Sherbrooke. Dans La Tribune, une infirmière a dénoncé l'imposition d'heures obligatoires à répétition depuis plusieurs mois.