La mairesse d’Orford, Marie Boivin, ainsi que le conseiller municipal Jacques Lauzon ont présenté une série de mesures qui seront mises en œuvre pour rendre les routes de cette municipalité plus sécuritaires. On aperçoit les deux élus en compagnie de Guy Roy, directeur de la Régie de police Memphrémagog.

Orford veut des routes plus sécuritaires

Le conseil municipal d’Orford a décidé de prendre le taureau par les cornes et de s’attaquer rapidement au problème de la vitesse sur son territoire, une décision saluée par le directeur de la Régie de police Memphrémagog, Guy Roy.

« On veut que les automobilistes soient plus attentifs à la vitesse à laquelle ils roulent, ce qui aura pour effet d’améliorer la sécurité sur nos routes, lance la mairesse d’Orford, Marie Boivin. On désire aussi que les piétons et les cyclistes adoptent de bons comportements sur le réseau routier. »

Vendredi, le Canton d’Orford a dévoilé une série de mesures qui seront mises en œuvre afin d’obtenir une amélioration des comportements sur les routes. L’une des principales mesures consiste en une campagne de sensibilisation qui cible l’ensemble de la population d’Orford, mais aussi les visiteurs.

Pour inciter les usagers de la route à être plus prudents, on a prévu installer une vingtaine de nouveaux panneaux à différents endroits sur le territoire municipal. Les panneaux en question invitent les citoyens à « penser aux autres » lorsqu’ils se trouvent sur le réseau routier.

Également, la municipalité effectuera un « envoi postal » pour sensibiliser la population à la problématique existante, sans compter que le site internet municipal sera mis à contribution.

Outre sa campagne de sensibilisation, le Canton d’Orford songe à abaisser la limite de vitesse dans certains quartiers. Et il a demandé au ministère des Transports du Québec d’entamer une réflexion semblable concernant des routes dont il a la responsabilité sur le territoire d’Orford.

Conseiller municipal à Orford, Jacques Lauzon confie que les citoyens ont été nombreux à réclamer une amélioration de la situation sur les routes. « Les gens ont le goût de se sentir en sécurité en promenant leurs enfants », affirme-t-il notamment.

Guy Roy n’a pas caché son intérêt pour la campagne orchestrée par le Canton d’Orford. « La responsabilité par rapport à la sécurité routière est trop souvent mise sur les policiers. La municipalité pourra compter sur nous comme partenaire actif », a-t-il assuré.

Dans la foulée, M. Roy a soutenu que le Canton d’Orford mériterait sans doute de devenir un « exemple » pour différentes municipalités du Québec avec son projet.