Le projet de démolir la demeure située au 2304 du chemin du Parc a été mis de côté, à tout le moins momentanément.

Orford commande une nouvelle étude sur la « maison blanche »

Le Canton d’Orford a commandé une étude afin d’obtenir plus d’information concernant la valeur patrimoniale de la demeure située au 2304 du chemin du Parc, aussi nommée la « maison blanche ».

Après avoir essuyé des critiques, le Canton d’Orford a donc changé de stratégie. Le projet de démolir la petite résidence patrimoniale a été mis de côté, à tout le moins momentanément. Il sera analysé plus en profondeur à la lumière des informations qui seront soumises par l’architecte Daniel Quirion.

« On avait une étude patrimoniale qui provenait de la MRC de Memphrémagog, mais elle était très générale. Compte tenu de l’opposition à notre projet, on a choisi de demander une étude plus poussée. On aura les résultats à la fin février. J’ai bien hâte de voir ce qu’il y aura là-dedans », explique la mairesse d’Orford, Marie Boivin.

Le Canton d’Orford paiera 7500 $ pour l’étude qui sera effectuée. Mme Boivin croit que, grâce au contenu de celle-ci, le conseil municipal sera en mesure de prendre une décision réellement éclairée — et de la défendre par la suite — puisque chaque élément d’intérêt de la maison aura été recensé.

Rappelons que la démolition de la maison devait permettra la construction d’un centre communautaire au cœur du village de Cherry River. Ce projet n’est pas tombé à l’eau. Toutefois, la forme qu’il prendre dépendra de ce qu’il adviendra de la « maison blanche ».

« On savait dès le départ que notre projet de centre communautaire subirait des modifications en cours de route. Et puis, de toute façon, le concept architectural qu’on avait en commençant peut tout à fait être modifié. La seule chose qu’on ne veut pas toucher, c’est l’emplacement. La population juge que le bon lieu, c’est là », affirme Marie Boivin.

Par ailleurs, Mme Boivin note que des rencontres avec des organismes du milieu sont prévues ces prochaines semaines. Elles permettront à la municipalité de connaître encore mieux ce que les futurs utilisateurs désirent trouver dans le bâtiment à construire.

Le projet de centre communautaire est évalué à 1,7 million $. Et puisque le Canton d’Orford compte emprunter 1,2 M $ pour le concrétiser, un registre sera ouvert le 24 janvier pour permettre aux citoyens de réclamer un référendum.

Une pétition

Citoyen engagé et administrateur de la Société d’histoire du Canton d’Orford, Bertrand Larivée est persuadé que la résidence sise au 2304 du chemin du Parc a une grande valeur patrimoniale. Voilà pourquoi il a fait signer une pétition réclamant que le Canton d’Orford révise sa décision. Un total de 171 personnes ont apposé leur signature sur celle-ci.

« Moi, je disais qu’il fallait la citer patrimoniale, cette maison-là. J’ai été secoué pas mal quand j’ai appris que le Canton d’Orford désirait la démolir. Il aurait fallu au minimum une consultation précisément sur ce dossier pour bien faire les choses », soutient M. Larivée.

Dans la foulée, il note qu’il attendra avec impatience le rapport de l’architecte Daniel Quirion. « On ne connaît pas l’expertise de ce professionnel en matière de patrimoine. On verra ce qu’il y aura dans l’étude. Et, au besoin, on demandera une contre-expertise », déclare-t-il.