Afin de diminuer les odeurs nauséabondes autour de l’usine d’Omerville, la Ville de Magog a installé un appareil, appelé brumatiseur, qui assainit l’air dans le secteur.

Odeurs autour de l'usine d'épuration d'Omerville : trop tôt pour crier victoire

Les membres de l’Association des résidents du Domaine Parc Estrie préfèrent attendre avant de déboucher des bouteilles de champagne. La présidente de l’organisme, Diane Beauchesne, admet qu’elle craint de nouveaux délais dans le dossier de l’usine d’épuration d’Omerville.

Dans une lettre envoyée à la mairesse de Magog plus tôt cette semaine, Mme Beauchesne confie que les membres de l’Association Parc Estrie ont été heureux d’apprendre que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec est prêt à subventionner un projet qui permettrait de résoudre le problème existant depuis 15 ans. « Mais, cette fois-ci encore, peut-on y croire? », écrit-elle.

La présidente de l’association de résidants rappelle que, il y a quelques années seulement, la Ville de Magog avait élaboré un projet qui visait à déménager l’usine d’épuration des eaux d’Omerville. « On était content, mais c’est tombé à l’eau », dit-elle.

Afin de diminuer les odeurs nauséabondes autour de l’usine d’Omerville, la Ville de Magog a installé un appareil, appelé brumatiseur, qui assainit l’air dans le secteur. Les voisins de la station d’épuration ont constaté une amélioration de la situation depuis l’installation de cet équipement. Tout n’est pas parfait toutefois.

« De façon générale, les odeurs dépendent des conditions météo et du vent. Elles ont commencé quand l’usine est arrivée à capacité il y a 15 ans. Le brumatiseur a amélioré les choses, mais ce n’est pas parfait. Des fois, cet équipement est défectueux et ça prend quelques jours avant que la Ville le répare. Et, en plus, la senteur qu’il répand peut parfois tomber sur le cœur. »

Le Domaine Parc Estrie compte plus de 80 maisons. Des dizaines de résidants de l’endroit sont touchés par le problème existant. « Les bassins de l’usine sont situés juste derrière des résidences. Ce n’était pas problématique à l’arrivée de ces gens, puis la situation s’est détériorée avec les années », fait valoir Diane Beauchesne.

La déception des membres de l’Association Parc Estrie est d’autant plus grande que la Ville a investi des montants importants dans une série de projets d’envergure, au cours des dernières années, sans réussir à régler le problème vécu par de nombreux résidents du Domaine Parc Estrie.

« Nous entendons parler de la réalisation d’autres projets comme la revitalisation du centre-ville, la mise en valeur de la maison Merry, la bibliothèque ou la nouvelle caserne de pompiers et je vous avoue que nous sommes jaloux. On se demande si la qualité de vie des résidents de notre secteur est vraiment prise au sérieux », mentionne Mme Beauchesne dans sa lettre.

Rappelons que la Ville planifie installer une longue conduite pour diriger les eaux usées du secteur Omerville vers l’usine d’épuration qu’elle possède en bordure de la rue de Hatley, laquelle serait également rénovée. Une somme de 20 à 30 millions $ sera nécessaire pour ce projet.