Les organisateurs de la Classique hivernale 2018 de la LHJMQ sont à peaufiner les derniers détails de la présentation de l’événement. Leur plus gros défi : l’installation des gradins en plein hiver.

Objectif : deux matchs à guichets fermés

L’organisation des Voltigeurs de Drummondville espérait éviter le blitz de la dernière semaine aux guichets, mais devra finalement s’y résoudre. En moyenne, environ 66 % des billets ont été vendus pour les deux parties de la LHJMQ. Et tout indique que le match des Tigres de Victoriaville attire davantage que celui du Phœnix de Sherbrooke.

Environ 60 % des billets ont trouvé preneur pour la partie de vendredi entre le Phœnix et les Voltigeurs. Celui entre Drummondville et Victoriaville est vendu à 73 %. Rappelons que les gradins temporaires de la patinoire réfrigérée Victor-Pepin contiennent près de 6000 sièges.

« Pourtant, le gros se passe les vendredis aux Voltigeurs normalement, avance le directeur des opérations des Voltigeurs, David Boies. Mais c’est explicable en quelque sorte, parce qu’il y a toujours eu une rivalité entre les Tigres et les Voltigeurs. En plus, les Tigres ont beaucoup plus amélioré leur équipe que le Phœnix lors de la période de transactions et connaissent plus de succès. Sans oublier le fait que samedi, la partie est présentée à 15 h. C’est plus familial et il y aura des activités pour tous avant et après la partie. »

Selon M. Boies, l’objectif demeure de vendre les 12 000 billets au total pour les deux parties de hockey junior.

« Les gens attendent de voir s’il fera beau les 9, 10 et 11 février. Pour l’instant, on annonce du beau temps. Pour ce qui est de la partie du midget AAA dimanche entre les Cantonniers de Magog et les Gaulois de Saint-Hyacinthe, on a près de 2000 billets vendus, ce qui est excellent pour le calibre de jeu. On savait que le tiers des billets avaient été vendus durant la dernière semaine lors de la Classique hivernale à Saint-Tite, mais on souhaitait éviter ce blitz. On s’attend à ce que ce soit la cohue lors des prochains jours. »

En trois jours, 6 % des billets ont été distribués.

« Une personne vient tout juste de réserver 100 billets pour le match de vendredi. Les gens voient maintenant les installations et entendent parler davantage de l’événement, donc ils sont portés à acheter leurs billets. On sent cette frénésie. On souhaite évidemment éviter les extrêmes en ce qui concerne la température. Pas trop froid, pas trop chaud, pas de pluie, pas de neige, ou du moins, pas beaucoup! Une petite neige rendrait le tout un peu plus féérique par contre! » admet le directeur des opérations.

Aucun pépin

Jusqu’à maintenant, les organisateurs n’ont rencontré aucun obstacle lors de la préparation des activités.

« On s’attarde encore à quelques détails, mais on se trouve exactement là où l’on souhaitait être à cette date. On a testé l’Internet, on a la chance de miser sur un bâtiment moderne, l’édifice Francine-Ruest-Jutras qui accueille la bibliothèque publique. Les logos sont déjà sur la glace, les roulottes qui serviront de vestiaires sont installées. Tout devrait bien se passer », espère David Boies.

Ce dernier souhaite aussi que l’événement génère des profits, évidemment.

« Mais notre but est d’éviter les déficits. L’investissement se situe entre 500 000 $ et 700 000 $. Heureusement, nous avons pu compter sur de bons partenaires comme la Ville de Drummondville et la Société de développement économique de Drummondville. Sans eux, on n’aurait jamais pu présenter la Classique hivernale. Le plus gros défi était d’installer les gradins en plein hiver. Un investissement d’environ 200 000 $. C’est une grande aventure, mais on l’a fait pour nos partisans, nos citoyens et aussi pour dynamiser le milieu afin d’attirer de nouveaux investissements. On a hâte au week-end de la Classique, mais on pourra respirer un peu plus une fois que ce sera terminé! » confie David Boies.

Dominique Ducharme, l’ancien entraîneur d’Équipe Canada junior et pilote actuel des Voltigeurs, vivra une deuxième et une troisième expérience en plein air lors de la Classique hivernale 2018 de la LHJMQ.

Savoir s’adapter

Après avoir acquis le dernier joueur exceptionnel au Canada, un dénommé Joe Veleno, puis gagné la médaille d’or aux Mondiaux de hockey junior et connu une campagne au-delà des attentes à Drummondville, l’entraîneur Dominique Ducharme poursuivra sa saison de rêve le 9 février en participant à deux parties de la Classique hivernale 2018.

« C’est une belle année! » convient d’abord Ducharme.

Le pilote des Voltigeurs connaît le tabac. Avec la formation canadienne, il a disputé une première partie extérieure lors du dernier Championnat mondial de hockey junior présenté à Buffalo durant le temps des Fêtes.

S’il n’avait jamais vécu l’expérience auparavant, six semaines plus tard, Ducharme aura trois participations à ce type de rencontre derrière la cravate... ou le foulard, c’est selon.

« En ce qui concerne l’aspect hockey, chaque rencontre sera différente parce que tout dépend de la température. À Buffalo, il avait neigé un peu en première période, beaucoup en deuxième et il faisait plus beau à la fin du match. Il faudra s’adapter, mais surtout faire en sorte de compléter nos jeux malgré les conditions du moment. »

Même en ce qui concerne l’événement et l’ambiance, l’entraîneur des Voltigeurs estime que ce ne sera pas du tout pareil que la partie du 29 décembre dernier au New Era Field Park à Orchard Park, la résidence des Bills de Buffalo.

« Il y avait 45 000 personnes, les gradins étaient plus éloignés et ce n’était pas en plein centre-ville comme ce sera le cas à Drummondville. Il s’agit cette fois d’une glace permanente réfrigérée. La qualité de la surface sera meilleure et les amateurs seront plus près de l’action. »

Dominique Ducharme admet que ses joueurs sont excités à l’idée de vivre ces instants mémorables.

« Les gars étaient contents de sauter récemment sur la glace extérieure pour s’entraîner! Ils ne vivront pas ça souvent. Mais ça demeure un match de hockey comme tous les autres disputés plus tôt cette saison, mais cette fois, il faudra simplifier les jeux puisque les conditions ne seront peut-être pas optimales. Chose certaine, tout le monde a hâte! »