L'étang Burbank, à Danville.

Nouvelle vocation de l’étang Burbank : des craintes à l’horizon

Après une étude menée par une firme, il a été conseillé de donner une vocation récréotouristique à l’étang Burbank de Danville. Ce changement de cap laisse entrevoir de belles possibilités, mais soulève aussi quelques inquiétudes dans la population.

« On veut montrer que l’étang n’est pas seulement un endroit pour les ornithologues en proposant des activités accessibles et intéressantes », affirme le maire de Danville, Michel Plourde.

Notons que la gestion de l’étang est assurée par la Ville en collaboration avec la Corporation de développement de l’étang Burbank. Le président de cette dernière, Yannick Mercier, a d’ailleurs annoncé récemment quelques projets qui seront envisagés, notamment la possibilité de louer des embarcations sans moteur pour circuler sur l’étang sur des plages horaires limitées. On parle aussi d’une exposition sur les familles métisses et leur historique dans la région de même que la possibilité de mettre en place un parc à chiens ainsi qu’un sentier qui leur serait accessible.

Parmi les citoyens qui ont émis certaines craintes, on compte Pierre Bourdon, qui a d’ailleurs créé une page Facebook intitulée « Sauvons l’étang Burbank » comptant un peu plus d’une centaine d’adeptes.

Parmi ses réserves, il affirme que le niveau de l’étang devrait être remonté afin d’éviter prolifération des herbages autour du point d’eau. Le projet d’embarcation le préoccupe aussi.

« Il y a des canards qui nagent sur l’étang et d’autres espèces que ce type d’activités pourrait déranger », affirme Pierre Bourdon, qui a d’ailleurs déjà siégé au conseil d’administration de la Corporation de développement de l’étang Burbank.

« À mon arrivée sur le CA en 2015, j’avais moi-même demandé pourquoi on ne pourrait pas permettre les embarcations sur l’étang, puis on m’avait expliqué que ce n’était pas favorable pour la faune », explique-t-il au sujet de ses réserves. Du côté de la gestion de l’étang Burbank, on assure toutefois qu’aucune décision n’a encore été prise et que les démarches nécessaires seront entreprises pour s’assurer que les nouveaux attraits ne nuisent pas à l’équilibre du milieu.

« La vocation récréotouristique et l’équilibre du milieu ne sont pas nécessairement incompatibles. Nous nous assurerons de ne rien mettre en place au détriment de la nature. Pour les embarcations par exemple, si on décide d’aller de l’avant, cela se fera selon des règles très strictes », fait valoir Michel Plourde.

On constate donc que les deux volontés peuvent être compatibles : respecter l’environnement de l’étang tout en lui donnant une nouvelle vocation.

Conscient de l’importance de ce lieu naturel pour la population de Danville, la corporation se montre ouverte à la discussion afin de rassurer ceux qui pourraient avoir des craintes, pourvu que le tout se fasse dans un climat de respect et d’écoute mutuelle.