Le président de l’organisme Aréna de Magog, Jean-Guy Gingras, ainsi que la mairesse Vicki-May Hamm espèrent pouvoir annoncer bientôt la construction du futur aréna de Magog.

Nouvel aréna à Magog : le projet demeure sur les rails

Estimé à 25 millions $, le projet d’aréna à deux patinoires demeure sur les rails à Magog malgré l’incertitude entourant son financement. La Ville de Magog et la Commission scolaire des Sommets (CSS) continuent de croire fortement à ce projet.

Les trois principaux partenaires impliqués dans ce projet, la Ville de Magog, l’organisme à but non lucratif Aréna de Magog et la CSS, ont tenu une conférence de presse vendredi afin de faire le point sur leurs démarches et clarifier certaines informations reliées au dossier.

La Ville a notamment indiqué qu’un délai supplémentaire d’une année lui a été alloué pour attacher toutes les ficelles du dossier. Rappelons que la municipalité devra bientôt se plier à une nouvelle réglementation interdisant l’utilisation du gaz R-22 dans les systèmes de réfrigération. L’entrée en vigueur des nouvelles règles est prévue en 2020.

« Le temps commence à presser, admet la mairesse Vicki-May Hamm. On a demandé et obtenu un délai, ce qui nous évite d’investir dans le système de réfrigération de notre aréna actuel. Mais sûrement qu’on aura besoin de plus de temps encore. »

Afin d’avoir l’argent nécessaire à la construction du futur complexe, les responsables de la réalisation du projet ont fait parvenir une demande de subvention au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. Ils auraient essuyé un refus non pas parce que leur proposition n’était pas conforme, mais tout simplement en raison d’un manque de fonds à Québec.

Les trois organisations soutenant le projet, qui se concrétiserait à l’école secondaire de la Ruche, ont toujours les yeux tournés vers Québec. Le gouvernement provincial déposera son budget le 21 mars et ce dernier devrait comporter des fonds pour la construction de nouvelles infrastructures sportives en province.

« Le programme du provincial sera dévoilé au budget. On va s’organiser pour se retrouver au-dessus de la pile au moment du traitement des demandes et, si Québec décide de nous aider, il y aura de l’argent du fédéral qui suivra », révèle Jean-Guy Gingras, président de l’organisme Aréna de Magog.

Advenant que Québec offre une réponse positive, les deux tiers des coûts seront assumés par les gouvernements supérieurs. Le reste de l’argent proviendra d’Aréna de Magog, qui signera une entente avec la Ville pour la location d’heures de glace.

Préserver les arbres

Pendant la conférence de presse, Vicki-May Hamm et Jean-Guy Gingras ont par ailleurs martelé qu’une portion importante du boisé voisin de l’école de la Ruche demeurera intacte et que tout sera mis en œuvre pour limiter les impacts environnementaux du projet.

Selon Jean-Guy Gingras, à peine plus d’un demi-hectare du boisé en question sera coupé au moment de la réalisation des travaux. On envisage toutefois de replanter des « arbres de qualité », susceptibles de résister aux changements climatiques, pour compenser la coupe prévue.

M. Gingras ajoute que le futur complexe aura normalement une empreinte écologique réduite. L’aménagement d’un toit végétal figure parmi les moyens susceptibles d’être utilisés pour arriver à ce résultat.

Président de la CSS, Jean-Philippe Bachand a quant à lui réitéré que son organisation voit d’un bon œil la construction d’un complexe à deux patinoires près de la Ruche. « Ce sera important pour nos élèves. Les élèves jouant au hockey dans le cadre scolaire et les Cantonniers, qui fréquentent cette école, auront moins besoin de transport », a-t-il fait valoir.