L’entreprise estrienne La Pinte se distingue en offrant un produit 100 % Cantons-de-l’Est.

Nouvel ALÉNA: un avantage pour La Pinte ?

SHERBROOKE - Est-ce que le nouvel ALÉNA (qui s’appelle maintenant AEUMC) pourrait s’avérer avantageux pour les petits joueurs comme La Pinte dans le monde du lait?

« Je pense que les gens comprennent très bien que nous sommes à Ayer’s Cliff et qu’effectivement, notre lait ne viendra pas des États-Unis, assure le copropriétaire de l’entreprise, Pascal Valade. C’est pour ça qu’on ne veut pas utiliser de produits de substance laitière dans notre cas, car il y a moyen de faire du lait simplement. On y croit. » 

« On reste bien réaliste, car les autres produits qui se vendent répondent à un besoin du consommateur d’avoir quelque chose de plus accessible », poursuit-il.

Cependant, il est difficile de prédire ce qui va se passer. « Ce n’est pas évident de savoir de quel côté ça va jouer. On croit au système de gestion de l’offre et on fait tout ce qui est possible pour encourager les producteurs locaux. L’autre bout de production laitière, nous, on est moins en mesure d’avoir un impact. On se concentre sur ce qu’on a à faire en espérant que le client soit réceptif et comprenne bien notre mission », analyse le copropriétaire de l’entreprise. 

« De l'autre côté, c’est que les taux d’intérêt sont à la hausse, continue M. Valade. Ils annoncent un ralentissement possible sur les dépenses de consommation discrétionnaire dans les prochaines années à cause de cette hausse et de l’endettement des ménages. Notre produit, qu’on voit comme un produit un peu plus de luxe, peut faire partie des éléments que les gens peuvent décider de couper, indépendamment de leur volonté d’acheter local. Il y a donc plusieurs variables. On n’a pas de boule de cristal. »

Actuellement, La Pinte paie un petit extra afin de s’approvisionner localement. L’entreprise fait affaire avec trois fermes situées dans la région. « Nous sommes 100 % Cantons-de-l’Est. Pour nous, le 100 % canadien veut moins dire quelque chose, car ça fait partie de notre ADN », résume M. Valade.

La Laiterie Coaticook fait le point

La direction de la Laiterie Coaticook a pour sa part émis un message sur les réseaux sociaux pour renforcer son appui aux producteurs canadiens, tout en assurant que le lait et la crème qui sont utilisés pour confectionner leurs produits proviennent exclusivement de producteurs canadiens. 

« Nous avons une entente signée qui certifie nos procédés de fabrication et qui nous permet d’afficher le logo des Producteurs laitiers du Canada. Le lait et la crème que nous utilisons viennent seulement de producteurs canadiens », peut-on lire dans le message de l’entreprise.