Une partie des terrains se trouvant au cœur du village de North Hatley sont inondés au moins une fois tous les 20 ans.

North Hatley veut l’heure juste

Les autorités du village de North Hatley veulent avoir l’heure juste en ce qui concerne le développement de la portion centrale de leur territoire municipal. Voilà pourquoi la municipalité rencontrera des représentants de deux ministères provinciaux au cours des prochaines semaines.

Lors d’une assemblée extraordinaire du conseil municipal de North Hatley lundi, le maire Michael Page a annoncé qu’une rencontre avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation ainsi que celui de l’Environnement et de Lutte aux Changements climatiques a été planifiée.

D’une certaine façon, cette rencontre est un peu celle de la dernière chance pour la municipalité. Le conseil municipal souhaitait qu’un projet de développement immobilier d’envergure voie le jour dans le cœur du village, mais il doit présentement composer avec des restrictions imposées par le gouvernement du Québec dans la foulée des inondations majeures survenues dans plusieurs régions de la province.

« On souhaite savoir si on doit encore avoir de l’espoir. On a investi quelques centaines de milliers de dollars dans ce dossier. Cinq ministères étaient passés sur notre plan de gestion des eaux et on était à 10 jours de recevoir l’aval du gouvernement. Mais si tout est terminé maintenant pour nous dans ce dossier, on va passer à autre chose », résume Michael Page.

Rappelons que le promoteur Richard Laliberté avait élaboré un projet qui comprenait la construction de plus de 150 unités d’habitation au centre du village. Une partie des constructions auraient été érigées à l’intérieur d’une zone inondée au moins une fois tous les 20 ans, ce qui forçait la municipalité à présenter un plan de gestion des eaux.

« On était très avancé dans ce dossier, renchérit M. Page. Entre autres, ce qui cloche dans plusieurs autres municipalités, c’est la cartographie des zones inondables alors que chez nous tout ça a été fait. Le gouvernement veut que cette question soit réglée à plein d’endroits, mais ici cet aspect ne pose pas problème. »

Le maire de North Hatley souligne que, pour améliorer la gestion des eaux au cœur du village, sa municipalité prévoyait retirer les conduites dans lesquelles s’écoule en partie le ruisseau Kezar. Cette mesure avait été bien accueillie par Québec.

North Hatley fait partie d’une longue liste de municipalités qui ne peuvent autoriser des constructions en zone inondable. Québec a entamé une réflexion relativement à cet enjeu et a imposé une interdiction temporaire qui s’applique à des centaines de localités partout en province.