Michael Page

North Hatley : les deux parties campent sur leur position

Les nombreux commentaires de citoyens entendus lundi soir, à l’hôtel de ville de North Hatley, de même que les explications du maire de l’endroit, Michael Page, n’ont pas permis de rapprocher les supporteurs de la Société récréative de North Hatley (SRNH) et les élus de cette municipalité.

Une trentaine de personnes ont participé à une manifestation à l’hôtel de ville de North Hatley peu avant l’assemblée publique du conseil municipal de lundi. La manifestation en question avait pour objectif de dénoncer certaines décisions de la municipalité en lien avec les activités de la SRNH et les terrains que cette dernière exploite habituellement.

Déplorant l’attitude de l’administration Page à son égard, la SRNH a récemment annoncé qu’elle n’offrira pas d’activité de loisir à la plage du village et sur les terrains de tennis voisins de celle-ci l’été prochain. Les autorités municipales de North Hatley se chargeront donc de cette tâche de manière temporaire.

Président de la SRNH, Mathieu Devinat est ressorti déçu de l’assemblée de lundi. « Je n‘étais pas très heureux après la rencontre. J’ai eu l’impression qu’il y avait un manque d’écoute envers les citoyens et de réceptivité », confie-t-il.

Les citoyens souhaiteraient notamment que l’accès à la plage ne soit pas entravé par une clôture verrouillée en dehors des heures normales d’ouverture et que les frais pour les non-résidants de North Hatley demeurent inchangés ou presque.

Mathieu Devinat estime que la municipalité a tenté d’imposer un encadrement inutilement strict à la SRNH et que cela lui a en quelque sorte causé préjudice. « La municipalité nous incitait à augmenter la cotisation pour non-résident à 300 $ alors qu’elle demandera finalement 260 $ à cette clientèle. Elle voulait aussi que les activités s’autofinancent. Pourtant, bien qu’il coûte des milliers de dollars chaque année, le tennis sera gratuit cet été », note-t-il.

Considérant la situation, M. Devinat se demande si la SRNH sera un jour à nouveau responsable des activités dans le secteur de la plage. « On dirait qu’il faudra qu’on accepte les conditions que North Hatley désirait nous imposer, cette année, pour reprendre notre rôle. »

« On a écouté »

Sans surprise, Michael Page a une tout autre perception de la situation. « On les a écoutés durant 1 h 30 lundi. On a été à l’écoute, ce soir-là, malgré le fait que les questions et les commentaires étaient souvent semblables », lance-t-il, tout en reconnaissant que le dossier est émotif.

M. Page soutient que son administration n’avait d’autre choix que de se substituer à la SRNH de manière temporaire, cela pour s’assurer que des sauveteurs seront embauchés et que des activités seront proposées à la plage l’été prochain.

« On ne cherche pas à opérer l’endroit à long terme, assure le maire du village. Si cet organisme peut revenir plus structuré et qu’il accepte un certain encadrement, on sera capable de s’entendre. On sait qu’il y a maintenant un comptable qui leur donne un coup de main et ça leur sera utile. De notre côté, on a besoin de compte-rendu et de chiffres précis parce qu’on leur donne de l’argent. »