Les élus de North Hatley et de Canton de Hatley veulent savoir, une fois pour toutes, si fusionner pourrait être avantageux pour leur municipalité respective.

North Hatley : le projet de fusion à l’étude

PRIMEUR/ Les élus de North Hatley et de Canton de Hatley veulent savoir, une fois pour toutes, si fusionner pourrait être avantageux pour leur municipalité respective. Ils demanderont donc à une firme indépendante de réaliser une étude à ce sujet.

« Nos deux communautés sont très liées et partagent même certains services, reconnaît le maire du canton de Hatley, Martin Primeau. Par contre, on fonctionne séparément à plus d’un chapitre et on a des choses en double au plan administratif. On finit par se demander pourquoi on est séparé. En tout cas, ces temps-ci, le sujet revient constamment sur la table. »

L’idée de regrouper North Hatley et le canton voisin n’est pas nouvelle. Il y a une vingtaine d’années, ce projet avait été analysé par l’ancien gouvernement de Lucien Bouchard. Mais on ne l’a jamais concrétisé. Pourtant, la complémentarité entre les deux territoires est manifeste, puisque l’un est essentiellement rural alors que l’autre est nettement plus urbanisé.

Récemment, le député d’Orford, Gilles Bélanger, avait lui-même affirmé que les deux municipalités devraient se regrouper, et ce, principalement pour des raisons financières.

Plus d’ouverture

North Hatley souhaite depuis un moment déjà qu’une étude soit réalisée afin de déterminer ce qu’une fusion avec le Canton de Hatley pourrait lui apporter. Mais le canton se laissait tirer l’oreille.

« Au début du mois, notre conseil municipal a adopté une résolution pour demander la réalisation d’une étude concernant les impacts économiques qu’aurait un tel projet. L’opinion de certains conseillers, chez nous, a évolué au cours des derniers mois et on a fini par adopter une résolution unanime par rapport à ce dossier », relate Martin Primeau.

Le maire du canton de Hatley précise toutefois que son administration n’a pris aucune décision quant à un éventuel regroupement avec sa voisine. « Il n’y a rien d’automatique. C’est important de comprendre ça. Ce n’est pas parce qu’on dit oui à une étude qu’une fusion aura lieu », insiste-t-il.

M. Primeau ajoute que l’aspect financier se retrouvera probablement au cœur des préoccupations des élus de sa municipalité lorsque viendra le temps de prendre une décision relativement au projet sur la table. « L’aspect communautaire est important, mais on ne fera pas ça par charité. Il faudra qu’on gagne quelque chose là-dedans pour donner notre accord. »

Satisfait

Maire de North Hatley, Michael Page a accueilli avec satisfaction la décision de Canton de Hatley de financer une partie de l’étude qui portera sur le regroupement envisagé.

« Je suis content que le Canton de Hatley ait maintenant de l’ouverture et qu’il soit prêt à regarder ce qu’une fusion pourrait nous amener. Ce n’est pas un projet qui se réaliserait rapidement, mais au moins on aura des chiffres et des données pour savoir de quoi on parle exactement », explique M. Page.

En dépit de son enthousiasme, le maire de North Hatley laisse lui aussi entendre qu’il n’est pas encore convaincu qu’un regroupement serait la meilleure solution pour sa municipalité. « On verra quelles seront les conclusions du rapport qu’on nous remettra. Ça nous aidera à décider quelle direction on prendra par la suite », souligne-t-il.

Notons que les deux municipalités fourniront chacune une partie de l’argent qui sera nécessaire à la réalisation de l’étude. Mais une large part de l’argent proviendra du gouvernement provincial.