Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie- CSN, Stéphanie Vachon, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses des CPE de l'Estrie, et le vice-président régional de la FSSS-CSN, Laurent-Paul Maheux.

Négociations en CPE : la CSN hausse le ton

C'est l'impasse entre le Syndicat des travailleuses et travailleurs de CPE (STTCPE-CSN) et l'Association patronale nationale des CPE (APNCPE). La CSN monte le ton. Quelque 300 travailleuses de la région se feront voir et entendre dans le cadre du renouvellement de leur convention collective, échue depuis mars 2015. Les employées ont pris part mercredi à des actions de visibilité dans leur CPE. Ces moyens de pression iront en crescendo, avertit l'instance syndicale.
L'enjeu : le STTCPE-CSN souhaite que l'APNCPE revienne à la table nationale, où se discutent les questions salariales avec le ministère de la Famille. « Si elle ne veut pas s'asseoir à la table, ce n'est pas parce qu'elle veut nous donner plus. Elle ne va pas s'engager à donner plus de congés ou plus de salaire », lance la présidente du STTCPE, Stéphanie Vachon. « La table nationale, c'est là où tout ce qui est financier est décidé. Pas seulement les salaires et les assurances collectives, il y a aussi les vacances et les congés... Il y a vraiment beaucoup de matière (...) Si l'association ne veut pas s'asseoir à la table pour avoir la même structure, il y a une différence entre s'engager à la prendre pour la varier à son goût, dans des conventions qui vont être limitées aux régions qu'elle représente, ou avoir des conditions qui sont égales partout... »
L'APNCPE, qui représente 14 CPE en Estrie, a déjà siégé à la table nationale.
Parmi les actions de visibilité mercredi, des tracts ont été distribués.
En entrevue plus tôt cette semaine, la porte-parole de l'APNCPE, Chantal Bellavance, a fait valoir que le ministère de la Famille donne les grandes lignes à suivre en matière d'échelles salariales, ce qui est respecté par la majorité. Elle a aussi fait valoir que dans d'autres régions, du vandalisme a été commis dans le cadre des moyens de pression.
Stéphanie Vachon soutient plutôt qu'il s'agissait d'affichage. Le plan d'action ne contient pas de journées de grève.
Les négociations du STTCPE se déroulent avec deux groupes. D'un côté, avec l'APNCPE, où les relations s'enveniment. De l'autre, avec l'Association patronale des CPE de l'Estrie, où les pourparlers se déroulent bien, aux yeux du syndicat.
Le Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie (CCSNE), la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) et le STTCPE ont tenu un point de presse mercredi.
Le vice-président régional de la FSSS-CSN, Laurent-Paul Maheux, a quant à lui reproché à l'APNCPE de dépenser des « milliers de dollars » dans un recours judiciaire contre la FSSS-CSN et ses syndicats.
Il faisait allusion au fait que l'APNCPE a déposé une plainte de négociation de mauvaise foi.
Le STTCPE-CSN compte quelque 850 syndiquées en Estrie dans 35 CPE.