MRC de Memphrémagog: les Oubliés de l'autobus voient le jour

Un nouveau regroupement de citoyens fait son apparition dans la MRC de Memphrémagog. Les Oubliés de l'autobus se déclarent «insatisfaits des services de transport collectif dans la MRC» et souhaitent que les autorités locales remédient aux problèmes constatés.
«Pour l'instant, nous avons un groupe d'une dizaine de militants, indique Jonathan Savard, désigné porte-parole du regroupement de citoyens. Mais nous savons que les gens sont nombreux, dans le secteur de Magog, à vouloir des services de transport plus efficaces chez eux.»
Pour démontrer qu'un mécontentement populaire existe réellement, M. Savard rappelle que le défunt Comité pour le transport collectif dans la MRC de Memphrémagog avait lancé une pétition et que des dizaines de signatures avaient été recueillies.
Bien qu'il se montre critique à l'égard des autorités locales, le porte-parole des Oubliés de l'autobus reconnaît l'efficacité du transport offert aux jeunes Magogois pour se rendre au Cégep de Sherbrooke et à l'Université de Sherbrooke puis en revenir.
Les Oubliés de l'autobus déplorent toutefois le manque d'intérêt du conseil municipal de Magog pour la solution du taxibus, qui s'appuie habituellement sur les taxis traditionnels. «Les élus ont balayé du revers de la main cette solution alors qu'elle existe à peu près partout au Québec», soutient le regroupement dans un communiqué.
Au cours des prochaines semaines, le regroupement a l'intention de tenir des rencontres lors desquelles les citoyens pourront faire valoir leur point de vue. «On veut élaborer une proposition avec l'aide de la population, révèle Jonathan Savard. On voudra ensuite présenter le résultat de notre démarche à la MRC et à la Ville de Magog.»
Afin que son message porte, Les Oubliés de l'autobus «ont décidé de rechercher des candidats favorables au transport collectif en vue des prochaines élections municipales et de coordonner un soutien.»
«Une histoire qui se répète»
La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, n'a visiblement pas l'intention de modifier son plan de match en ce qui concerne le transport collectif, et ce, en dépit de la création du regroupement Les Oubliés de l'autobus.
«La création de ce groupe de citoyens, c'est une histoire qui se répète, lance Mme Hamm. Certains des membres du nouveau groupe faisaient partie de l'ancien comité de mobilisation, qui avait lui aussi mobilisé les gens lors des dernières élections municipales à Magog.»
D'après la mairesse, la Ville de Magog a livré la marchandise depuis les dernières élections. «Ce qui avait été promis, c'était d'améliorer le service pour les étudiants et on l'a fait. On a également essayé d'en offrir plus au reste de la population avec une navette qui effectuait le tour de la ville, mais ça n'a pas donné de bons résultats», explique-t-elle.
Cela dit, bien que la Ville puisse sembler avoir abandonné l'idée de développer encore davantage les services de transport en commun sur son territoire, Vicki-May Hamm assure que son administration continue à chercher des solutions.
«Le nouveau groupe de citoyens n'est pas au courant des choses auxquelles on réfléchit parce qu'il n'est pas présent aux tables où on discute du dossier, mais ça ne signifie pas qu'on ne fait rien», indique Mme Hamm.
Par ailleurs, la mairesse reconnaît que la question de la promotion constitue un enjeu de taille dans ce dossier. «On a fait beaucoup d'efforts de ce côté sans avoir énormément de succès. Disons que ça n'est pas simple.»
Préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers note pour sa part qu'il n'est pas facile de mettre en place des services de transport collectif efficaces dans le reste des municipalités de la MRC. «La densité de la population, sur une large partie de notre territoire, n'est pas suffisamment grande pour avoir quelque chose en continu», déclare-t-il.