Le ministre de la santé, Gaétan Barrette, accompagné du candidat du PLQ dans Arthabaska, Luc Dastous.

MRC de L'Érable : le ministre Barrette fait volte-face

À un peu plus de deux semaines de l'élection partielle dans Arthabaska, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait escale à Plessisville afin d'annoncer qu'il revenait sur sa décision de transférer les services de radiologie et de prélèvement présents sur le territoire de L'Érable vers la MRC voisine d'Arthabaska.
Le ministre, qui en était à une deuxième annonce cet automne dans la région après avoir ajouté la réfection de l'urgence de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska au Plan québécois des infrastructures, a, d'un même élan, annoncé l'acquisition d'un appareil de radiologie de 150 000 $ afin de remplacer un équipement désuet.
M. Barrette a donné le crédit au candidat du Parti libéral du Québec dans Arthabaska, Luc Dastous, pour cette volte-face qui assurera davantage de services de proximité aux gens de la région de Plessisville.
« Luc m'a convaincu qu'il fallait ajuster le tir. Je ne suis pas facile à faire changer d'idée, mais si on me fait la démonstration qu'il faut rectifier la situation, je suis capable de le faire. Luc a été pas mal acharné dans ce dossier », explique-t-il.
M. Dastous a promis de prendre le bâton de pèlerin afin de bien représenter la région et de talonner les ministres sur ses principaux enjeux. Il ne faut toutefois pas s'attendre à ce qu'il multiplie les efforts pour faire reconnaître le Centre-du-Québec comme région sociosanitaire.
« Personne ne m'en parle sur le territoire. On me parle de l'urgence et de la radiologie et ça, on l'a fait, mais pas de CIUSSS », affirme-t-il.
À boulets rouges sur la CAQ
Signe que la lutte est serrée entre le PLQ et la CAQ dans Arthabaska, le ministre a multiplié les attaques contre le parti de François Legault, le qualifiant notamment de « triste » et de « populiste ». Il s'en est entre autres pris au chef pour son traitement du dossier Sylvie Roy.
« Un des moments les plus tristes de toute ma carrière politique est le traitement que François Legault a réservé à Sylvie Roy, a-t-il dit. La CAQ, c'est le parti de la pensée magique, ils sont prêts à tellement baisser les impôts qu'ils ne pourront plus offrir de services. S'ils s'approchent du pouvoir, ça va changer. Nous, nous faisons ce que nous disons ».
Le coloré politicien a également accusé la Coalition avenir Québec de ne pas avoir de connaissance du domaine de la santé et de ne pas avoir de programme électoral en la matière. « La CAQ a une méconnaissance totale du système de santé et ils n'ont aucune idée de ce qu'ils veulent faire avec », conclut-il.