Une classe de l'école Montessori Orford

Montessori Orford : aider les enfants autistes à se réaliser

Ne reculant devant aucun défi ou presque, l’École Montessori Orford annonce l’ouverture d’une classe pour enfants autistes âgés de 12 à 17 ans sans déficience intellectuelle.

Si tout fonctionne comme prévu, l’École Montessori Orford ouvrira sa nouvelle classe pour enfants atteints du trouble du spectre de l’autisme à la prochaine rentrée scolaire. Les dirigeants de cette école privée souhaitent créer une classe d’une dizaine d’élèves autistes.

Directrice pédagogique de l’école, Sylvie Gauvreau avoue que la concrétisation du projet élaboré n’est pas confirmée encore. «Pour le moment, on a une inscription, mais on est seulement à l’étape du lancement. On verra quel est le besoin.»

Cela dit, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec aurait déjà donné sa bénédiction à l’École Montessori Orford, laquelle a récemment déménagé à l’intérieur de locaux à Orford musique.

Le projet de mettre sur pied cette nouvelle classe a germé après que l’École Montessori eut été approchée par Guy Potvin, beau-père d’un jeune autiste prénommé Philippe.

Ce dernier raconte avoir constaté, en aidant Philippe à compléter ses devoirs, que celui-ci avait «accumulé beaucoup de retard en classe. Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose.»

Dans les mois qui ont suivi, sa conjointe a suivi une formation pour apprendre à maîtriser «les outils de communication du Langage SACCADE conceptuel, qui aide les personnes autistes à devenir autonomes et à se réaliser.»

«Ces enfants-là ont besoin de concepts mis en images, note Guy Potvin. On a commencé l’enseignement à la maison une journée par semaine avec SACCADE et on a vu des résultats, tout comme l’enseignante de Philippe. On a par la suite congé à la porte de Montessori en se disant qu’un enseignement plus intensif avec cette méthode serait probablement bon.»

Sylvie Gauvreau révèle que les enfants autistes seront intégrés dans les groupes réguliers de son école. Par contre, ces derniers auront accès à un local qui leur sera réservé et seront accompagnés par de nouvelles ressources.

Notons en terminant que l’École Montessori Magog compte déjà un certain nombre d’élèves atteints du syndrome d’Asperger, qui appartient au spectre du trouble de l’autisme. Ces jeunes fonctionneraient sans trop de difficultés à l’intérieur du cadre actuel de l’établissement.