L’ex-candidat à la mairie d’Austin Michel Morin cessera de suivre de manière aussi assidue les activités du conseil de sa municipalité.

Michel Morin s’éclipse à Austin

Très critique de l’administration Maillé pendant des années, l’ex-candidat à la mairie d’Austin Michel Morin annonce qu’il cesse de suivre de manière assidue les activités du conseil municipal de sa municipalité et qu’il n’a plus l’intention de talonner les élus sur des sujets d’actualité.

« Ça faisait une douzaine d’années que je suivais les activités du conseil de près. J’étais un habitué des assemblées du conseil, mais j’ai arrêté d’y assister. J’ai autre chose à faire et, en plus, je suis à la retraite », note-t-il.

Ayant principalement fait sa marque à titre de journaliste à Radio-Canada, Michel Morin a affronté la mairesse Lisette Maillé lors des dernières élections municipales à Austin. Il avait formé, avec un groupe de citoyens de sa municipalité, un parti politique nommé Équipe des contribuables d’Austin.

« Personnellement, je n’ai jamais cru qu’on battrait le groupe de candidats indépendants auquel était associée Mme Maillé. Mais on a quand même livré une belle bataille l’automne dernier. Contrairement à nos adversaires, on a élaboré un vrai programme », note M. Morin.

Cela dit, il affirme qu’il aurait préféré que l’Équipe des contribuables d’Austin présente un autre candidat que lui pour le poste de maire. Il pense en effet que cette équipe aurait eu de meilleures chances de l’emporter avec un candidat à la mairie jouissant d’une plus grande cote de popularité localement.

« Je reste un gars de Montréal pour bien des gens du coin et puis je suis journaliste, une fonction pas toujours bien vue dans la population. Je ne souhaitais pas être candidat à la mairie moi-même et j’ai régulièrement demandé aux gens de mon équipe s’ils connaissaient quelqu’un capable de faire le travail en dehors de moi. Ma participation aux élections n’était pas un trip d’égo ou de pouvoir, soyez-en certain. »

Malgré sa décision, Michel Morin continuera vraisemblablement d’aimer la politique municipale. « Il y a tellement de décisions importantes pour la population qui sont prises par les municipalités », lance-t-il.