BRP a obtenu une bonne note pour ses mesures de sécurité mises en place afin d’éviter les infections liées à la COVID-19 dans ses usines de Valcourt, a appris La Tribune.
BRP a obtenu une bonne note pour ses mesures de sécurité mises en place afin d’éviter les infections liées à la COVID-19 dans ses usines de Valcourt, a appris La Tribune.

Mesures de sécurité : BRP reçoit une bonne note

Près d’un mois après le retour au travail, la compagnie BRP de Valcourt passe haut la main son test sur les mesures de sécurité mises en place pour éviter les infections liées à la COVID-19 dans ses installations.

Le manufacturier a reçu récemment la visite d’un médecin qui a examiné son plan de sécurité. Celui-ci correspond aux normes établies et que les employés comprennent l’importance des mesures et les appliquent, selon un document remis aux employés et dont La Tribune a obtenu copie.

Accompagné d’une infirmière, le représentant a fait le tour des installations et rencontré une dizaine d’employés afin de leur poser des questions. Il a ensuite pris connaissance du protocole mis en place si un cas de COVID-19 est suspecté ou détecté.

Lors d’une rencontre avec des représentants du Comité de relations de travail (CRT), le spécialiste a pu répondre à leurs questions.

Enfin, il a rencontré des membres de la direction de l’entreprise pour leur faire part de ses observations et pistes de solution à appliquer, mentionne le document.

Des ajustements seront apportés dans les prochains jours afin de mettre en application les recommandations et améliorations formulées par le représentant de la Santé publique, ajoute-t-on.

BRP demande à ses employés de maintenir un haut niveau de sécurité jusqu’à nouvel ordre. Il est notamment question du lavage des mains et du port du masque lorsque la distanciation physique n’est pas possible entre les employés.

Rappelons que le travail a repris à Valcourt autour du 25 mai, après le feu vert pour la réouverture complète des entreprises manufacturières accordé par le gouvernement du Québec. Bombardier produits récréatifs a pu redémarrer la chaîne d’assemblage avec 100 % des effectifs.

BRP avait été mise au neutre quand le premier ministre du Québec, François Legault, avait décrété en mars un arrêt complet des activités non essentielles sur le territoire pour contrer le coronavirus. L’entreprise envisageait toutefois de mettre 300 travailleurs à pied à la fin du mois.

Pour Carl Beauparlant, directeur des ressources humaines et des opérations chez BRP, ce bon résultat prouve que «la santé et la sécurité de nos employés sont une priorité. Le fait que l’Institut national de santé publique du Québec soit satisfait des mesures que nous avons implantées à notre usine afin de contrer le risque de propagation de la COVID-19 représente une fierté pour nous», dit-il dans un courriel.

«Nous avons travaillé fort en collaboration avec nos employés afin de trouver les mesures adéquates à implanter afin d’assurer un environnement sécuritaire. Nous sommes reconnaissants de pouvoir compter sur la précieuse collaboration de nos employés, car c’est d’abord grâce à eux et leur respect des consignes si nous avons des mesures sanitaires efficaces. Nous continuons à être vigilants en tout temps.»

Précisons que le document qui a été remis aux employés indique que le médecin qui a visité les installations de BRP représentait l’Institut national de la santé publique du Québec. L’organisme confirme qu’il n’effectue pas ce genre de visite.

Quand on se tourne vers la Direction de santé publique de l’Estrie, on mentionne que des visites d’entreprises du territoire ont eu lieu afin d’offrir son soutien dans la mise en application des mesures préventives.

«Nous ne divulguerons pas la conclusion de nos observations d’une entreprise en particulier», affirme-t-on du côté du service des communications.

«Nous pouvons assurer que la majorité des milieux de travail sont très consciencieux quant à la mise en place des recommandations afin d’offrir un milieu de travail sécuritaire pour leurs travailleurs.»