Sans surprise, le temps froid a eu un impact sur l’achalandage au parc du Mont-Orford durant la période des fêtes.

Memphrémagog garde la cote malgré le froid des Fêtes

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la région de Memphrémagog a accueilli de nombreux touristes au cours de la période des fêtes de fin d’année. Les températures glaciales enregistrées, entre les 26 décembre et 2 janvier, n’auraient donc eu qu’un impact limité sur l’affluence touristique dans ce secteur.

Comptant 82 chambres et situé à deux pas du mont Orford, l’hôtel Espace 4 saisons a affiché complet ces deux dernières semaines. Plusieurs gîtes touristiques du secteur de Magog ont également fait de bonnes affaires durant les fêtes.

« Nous avons eu un bon temps des fêtes, confirme Véronique Mercier, la directrice hôtelière de l’Espace 4 saisons. C’est certain qu’on a ajouté de nombreuses chambres cette année, mais ça a toujours bien fonctionné pour notre hôtel à cette période-ci de l’année. »

Mme Mercier confie que les skieurs et amateurs de planche à neige constituent une clientèle importante pour l’Espace 4 saisons. Normal, sans doute, puisque les clients de cet hôtel n’ont qu’à traverser la rue pour se retrouver au pied des pistes de ski de la station Mont Orford.

« Dame Nature a bien collaboré en nous offrant de la neige assez tôt cette année. Par contre, le froid intense qu’on a eu n’était pas idéal pour les sports d’hiver. Mais, parmi nos clients, il y a pas mal de skieurs très déterminés et un bon nombre d’entre eux sont allés sur les pentes même par grand froid », explique Mme Mercier.

Président de l’Association des gîtes touristiques Magog-Orford (AGTMO), Richard Grenier affiche aussi sa satisfaction. « Ça a été une très bonne période. Mon gîte a fait une dizaine de nuitées de plus pendant les fêtes cette année, comparativement à l’an dernier. Le froid n’a pas semblé avoir une grande influence sur les gens », révèle-t-il, en avouant avoir été surpris par la réponse de la clientèle.

M. Grenier ajoute dans la foulée que son gîte a accueilli plus d’Américains qu’à l’habitude. « C’est une clientèle en croissance dans la région de Magog. Ce n’est pas si surprenant étant donné que les États-Unis ne sont pas trop loin », fait-il valoir.

Le président de l’AGTMO assure enfin que le cas de son gîte n’est pas unique au sein de ce regroupement. « La situation a été assez semblable chez les autres membres fin décembre et début janvier. »

Cela dit, une restauratrice affirme que l’affluence touristique, au centre-ville de Magog, n’a pas été énorme ces deux dernières semaines. « Il a fait très froid et je crois que ça explique pourquoi ça a été tranquille dans mon restaurant. C’est malheureux un peu car, au moins, on avait de la neige cette fois-ci », mentionne cette dame.

Froid pour les skieurs

Responsable du service à la clientèle au parc national du Mont-Orford, Mario Landry confirme que le froid intense a eu un impact. « On avait de la neige et on a évité la pluie. C’est ce qu’on souhaite tous les ans à cette période de l’année. Le froid a toutefois fait diminuer l’achalandage », admet-il.

N’empêche, M. Landry assure que la situation n’est pas catastrophique. « Les 3 et 4 janvier, entre autres, on a eu beaucoup de monde. Les gens avaient le goût de sortir pour faire du plein air, mais attendaient des journées avec des températures plus douces avant de venir nous voir », explique-t-il.

Notons en terminant que le nouveau centre de découverte et de services Le Cerisier, situé à l’entrée de l’aire protégée, a ouvert ses portes tout juste avant Noël. Il reste cependant des travaux à compléter à l’intérieur. Leur exécution est prévue très bientôt.