La Magogoise d’origine Maxie Plante (à droite) a terminé au troisième rang au Red Bull Ice Cross de la ville de Percé en Gaspésie.

Maxie Plante s’offre le bronze pour son anniversaire

La Magogoise d’origine Maxie Plante a choisi une façon originale de célébrer son 27e anniversaire de naissance en décrochant une médaille de bronze au Red Bull Ice Cross de la ville de Percé en Gaspésie.

La spécialiste de la descente en patin extrême avait terminé bonne deuxième lors des qualifications. Lors de la grande finale, Maxie Plante a reculé d’une position. Une performance qui est loin d’avoir assombri sa journée d’anniversaire.

« Il s’agissait de ma première sortie de la saison, alors que la plupart des filles du circuit en étaient à leur deuxième et même troisième compétition. J’aurais pu m’attendre à être un peu moins bien placée au classement, mais une fois en piste j’avais de bonnes sensations dans les jambes. J’estime avoir donné le meilleur de moi-même dans les circonstances. Le parcours était technique avec des obstacles de qualité. J’ai limité les erreurs. C’était quand même un tracé à la portée de tous et toutes. Je me suis bien amusée », a-t-elle déclaré.

Une habituée du Championnat du monde Red Bull Ice Cross depuis déjà quelques années, Maxie Plante sera moins présente sur le circuit qui comprend cette saison 12 courses. Les épreuves seront présentées dans sept pays et trois continents. L’Amérique du Nord accueille deux de ces courses, la seconde étant au Massif de Charlevoix.

« Je ne pourrai pas me présenter partout. Déjà mon employeur à Yellowknife me facilite la tâche afin que je puisse participer à plusieurs courses. Je ne peux quand même pas m’absenter deux à trois mois pour mes compétitions. Il y a des compétitions que je ne pourrai pas mettre à mon agenda. Je devrais quand même être en mesure de me faufiler dans le top 8 ou 9 mondial chez les filles et parmi les meilleures canadiennes. J’ai bien débuté à Percé. À moi de continuer dans la même veine », explique celle qui exerce le métier de pilote d’avion.

Si elle doit mettre une croix sur certaines compétitions sur le circuit mondial, Maxie Plante avoue que la retraite n’est pas du tout dans ses plans. « Ce sport me comble totalement. Entre les lignes de départ et d’arrivée, je suis dans un autre monde. Je me dépasse complètement. J’adore l’effort physique qu’il demande, le contrôle de soi, l’intensité. L’adrénaline est au rendez-vous chaque fois. De plus, il y a tellement une belle ambiance qui règne entre les filles qui font partie du circuit mondial. Cela me manque et c’est toujours avec plaisir que je les retrouve. J’y vais une année à la fois à cause de mon travail. Je ne peux pas planifier à long terme. Pour ce qui est du mental et du physique, tout va dans le meilleur des mondes et c’est pour ça que je ne pense pas du tout arrêter. »

Ancienne hockeyeuse

Avant de dévaler les pentes des courses de patin extrême avec brio comme elle le fait depuis 2014, Maxie Plante excellait au hockey. Dans les rangs mineurs, elle a joué pour des équipes AA et AAA en région. Elle a aussi été recrutée par Hockey Québec pour s’aligner avec des équipes Québec de son groupe d’âge. Elle a ensuite évolué avec les Carabins de l’Université de Montréal.

« J’avais besoin de demeurer active à la fin de mes études universitaires. J’ai le sport collé à la peau. J’ai donc essayé cette discipline qui commençait à s’installer chez nous au pays. Je l’ai adoptée tout de suite même s’il n’y a pas beaucoup de similitudes avec le hockey à part le fait de patiner sur deux lames. C’est un peu casse-cou. Une bonne joueuse de hockey ne deviendra pas nécessairement une bonne athlète en patinage de descente extrême. Mais ça vaut le coût d’essayer. Je suis la preuve vivante que la transition est tout à fait possible. »

Maxie Plante participera à sa prochaine compétition à la mi-février au Japon.