Lucie Mager, trésorière de l’Association du Marché Public de Eastman

Marché public d’Eastman : déjà un succès

Après une première année sous forme de projet pilote, le Marché public d’Eastman prend officiellement vie. En plus d’encourager la quinzaine d’exposants, plusieurs dizaines de visiteurs ont pu danser et avoir du plaisir dans une ambiance des plus festives, samedi.

Lucie Mager, la trésorière de l’organisme, a réussi à aller chercher 18 000 $ en financement. Celle qui s’occupe du marché avec sa fille apprécie la réponse du public, qui est présent. « Je pense que c’est plus qu’une offre de produit. C’est un rendez-vous d’atmosphère, d’animation pour les enfants. C’est ce qu’on veut, on le fait pour la génération future », décrit la dame.

« Nous avons un programme de proximité du ministère de l’Agriculture du Canada, poursuit-elle. Nous avons surtout des commandites privées. On a la chance d’avoir créé deux emplois : un d’été de Services Canada et une chargée des communications qu’on a pu embaucher grâce au programme du MAPAQ », explique celle qui a également un kiosque maraîcher.

Un conseiller heureux

Carol Boivin, un conseiller municipal de la municipalité d’Eastman, s’est présenté aux élections avec l’idée de créer un marché public. « C’est un gros plus, le stationnement est plein. Comme toute municipalité, on essaie d’attirer nos gens pour qu’ils consomment chez nous. C’est sain. Comme il n’y a pas beaucoup de municipalités qui le font, on est heureux. On se sent innovants », avoue-t-il, tout sourire.

« Pour attirer les gens, je trouvais ça le fun, continue M. Boivin. Je suis souvent allé à Racine et je trouvais que le Marché Locavore, c’était quelque chose qu’on pouvait faire chez nous. Il n’y en avait pas autour de chez nous. On était prêts à le faire. On leur fournit l’emplacement. Ils payent tout, nous, on les accueille chez nous. »

Pas seulement de la nourriture  

Denis Babin, un artisan, utilise du bois de récupération afin de construire des spatules pour droitier, pour gaucher, des planches à fromage et des planches à décorations, entre autres. Ce marchand a fait partie du projet pilote, l’an dernier. « Le Marché s’améliore. Avec l’abri, c’est beaucoup plus plaisant. Tout le monde est protégé et les gens viennent de plus en plus. La semaine dernière, le temps était maussade et on a eu un bel achalandage », considère-t-il.

Les marchés publics sont très importants pour lui. « C’est mon point de vente. J’ai une boutique internet, mais parmi tant d’autres, ce n’est pas ce qui fonctionne le plus. J’ai la chance de rencontrer les clients et partager avec eux », résume M. Babin.

Le Marché Public est ouvert les samedis au 17 rue des Pins, tout près du terrain de baseball.