Cheffe du département régional de médecine générale au CIUSSS de l’Estrie–CHUS, Raymonde Vaillancourt assure qu’il n’y a pas eu de diminution de services aux CLSC de Mansonville et de Stanstead.

Manque de médecins dans Memphrémagog : faux, réplique le CIUSSS

Manque-t-il un ou des médecins à Mansonville et Stanstead? Des maires de la MRC de Memphrémagog le croient fermement alors que le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie– CHUS soutient le contraire.

Cheffe du département régional de médecine générale au CIUSSS de l’Estrie–CHUS, Raymonde Vaillancourt assure qu’il n’y a pas eu de diminution de services aux CLSC de Mansonville et de Stanstead. Certains changements sont survenus dans les deux secteurs, mais elle considère qu’ils ne se sont pas faits au détriment de la population locale. « On ne veut pas diminuer les services à ces deux endroits », déclare-t-elle.

Lire aussi: Le manque d’écoute et de considération fait rager dans Memphrémagog

Pourtant, des élus municipaux de la région de Memphrémagog, les maires Jacques Marcoux et Philippe Dutil, ont dénoncé une diminution des services de santé dans les deux localités lors d’une conférence de presse tenue mardi.

Dans le cas de Stanstead, Mme Vaillancourt admet que deux demi-journées de consultations sans rendez-vous été retirées récemment. Mais la population locale n’en souffrirait pas, cela en raison de la mise en pratique d’une nouvelle approche dans le réseau de la santé : l’accès adapté.

« Les gens de Stanstead ont le droit à du sans rendez-vous grâce à l’accès adapté. Chaque médecin du secteur s’organise pour recevoir rapidement ses patients ayant des besoins à court terme », explique-t-elle.

Cinq médecins seraient présentement rattachés au CLSC de Stanstead. « On en a recruté deux pour cette ville dans les dernières années et on n’est plus en période de recrutement pour cet endroit. On répond à la demande sur place. »

À Mansonville

Dans le secteur de Mansonville, on retrouverait trois docteurs. Or, d’après Raymonde Vaillancourt, le boulot abattu par ceux-ci est amplement suffisant. « Il a été question que 4000 dossiers étaient ouverts là-bas, mais en réalité seulement 800 patients sont suivis localement. Plusieurs personnes de ce coin sont desservies à Magog », précise-t-elle.

Mme Vaillancourt concède toutefois qu’il faudra recruter un médecin pour le secteur de Mansonville, à moyen terme, parce qu’un de ceux en poste dans cette localité partira à la retraite prochainement.

Elle indique à ce sujet que des efforts seront consentis afin d’inciter un plus jeune médecin à travailler dans ce village. Le recours à un incitatif monétaire est probable. Et on songe également à informatiser les dossiers du CLSC, ce qui serait important pour séduire un professionnel moins âgé.

Rappelons que Jacques Marcoux a plaidé mardi pour que les habitants de Mansonville et ses environs puissent obtenir le plus de services possible directement dans leur communauté. Il a souligné que de nombreuses personnes aînées habitent dans sa municipalité et que cette dernière est loin des grands centres.