Gérard de Lafontaine, un citoyen qui possède des terres autour du Club de golf Venise, craint que le changement de zonage planifié ne vienne restreindre les activités agricoles actuellement permises.

Magog veut garder le caractère champêtre du Club de golf Venise

Le projet de camping que des promoteurs voudraient réaliser au Club de golf Venise ne semble pas provoquer beaucoup d'inquiétudes parmi la population magogoise. Un voisin du terrain de golf, Gérard de Lafontaine, a toutefois manifesté des craintes et laisse entendre qu'il se battra contre la proposition actuellement sur la table.
Mardi soir, une consultation publique concernant ce projet de terrain de camping s'est déroulée à l'hôtel de ville de Magog. La municipalité a indiqué qu'elle entend ajouter un usage dans les zones Bo01Af2 et Bp01R afin de permettre la création d'un camping pour véhicules motorisés et roulottes à l'intérieur de celles-ci.
Pour s'assurer que le projet cadre bien dans le paysage du secteur concerné, la Ville de Magog souhaite que le caractère champêtre des lieux soit préservé. Les aménagements devraient ainsi favoriser « le maintien du milieu et l'ambiance naturelle ».
Gérard de Lafontaine se sent interpelé parce qu'il possède des terres autour du Club de golf Venise. Il déplore plus précisément que la modification au zonage envisagée pourrait restreindre de façon partielle les activités permises sur ses terres. En effet, l'élevage d'animaux ne serait pas autorisé sur une large bande autour du camping.
« Je ne suis pas d'accord avec le changement de zonage planifié, a-t-il affirmé hier. J'étais là avant le golf et je ne dérange personne. Pourquoi est-ce que je serais touché ? Je vais rester debout et je serai à la Commission de protection du territoire agricole du Québec plus tard, s'il le faut. »
Un autre citoyen, Gilbert Hamel, a quant à lui fait valoir que les cyclistes sont nombreux à rouler sur le chemin Venise entre Magog et Sherbrooke. « De gros véhicules se rendront au camping. La cohabitation avec les cyclistes pourrait ne pas être idéale », a-t-il suggéré.
La coordonnatrice de la division de l'urbanisme et des permis de la Ville de Magog, Mélissa Charbonneau, a toutefois tenté de se faire rassurante en soulignant que les « campeurs s'installeraient pour la saison. Il n'y aurait donc pas continuellement des arrivées et des sorties », ce qui minimiserait les risques pour les cyclistes.
À moins que des citoyens ne déposent une demande de registre en bonne et due forme, la modification du zonage prévue entrera en vigueur avant la fin de l'été 2016. Par la suite, il faudra que la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) se penche sur le dossier, ce qui ajoutera des délais supplémentaires.
Présent à l'hôtel de ville de Magog hier soir, le directeur général du Club Venise, Mario Brouillard, s'est déclaré confiant que le projet de camping se concrétisera à court terme.
« On ne sent pas de mobilisation contre ce qui est proposé, remarque-t-il. On pense que les démarches avec la Ville de Magog et celles avec la CPTAQ seront entièrement terminées pour le mois de novembre, tel que souhaité. »
Notons en terminant que ce sont des promoteurs de la région de Québec qui investiraient pour changer la vocation d'une partie des terrains du Club Venise. Ils injecteraient jusqu'à 20 millions $ et développeraient un « produit de luxe ».