La directrice de l’École de politique appliquée, Isabelle Lacroix, et la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, ont annoncé que leur organisation respective travailleront ensemble en vue de créer la première politique de participation citoyenne de la Ville de Magog.

Magog s’outille pour mieux consulter sa population

La Ville de Magog adoptera une politique pour encadrer ses consultations publiques. Son objectif est de faire en sorte que les aspirations de la population magogoise soient davantage prises en compte quand un nouveau projet est déposé ou qu’une révision des orientations s’effectue relativement à un dossier.

Afin de profiter des meilleurs conseils possible, la Ville de Magog a demandé à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke de l’accompagner dans sa démarche.

« Ça fait longtemps qu’on réfléchit à la meilleure façon de consulter. Et là, avec la loi 22 du gouvernement du Québec, on a de nouvelles balises. C’est une bonne occasion pour se pencher sur cette question », a déclaré la mairesse Vicki-May Hamm lors d’une conférence de presse tenue à l’hôtel de ville lundi matin.

Il y a quelques années, la Ville avait pourtant déployé des efforts importants afin d’obtenir le pouls de la population concernant sa planification stratégique, un document qui définit la future ville de Magog et trace le chemin pour parvenir aux objectifs fixés. Mais, de toute évidence, plusieurs ont raté l’occasion offerte à l’époque.

Les élus magogois ont également été fortement critiqués après avoir adopté des décisions qu’ils croyaient parfaitement justifiées dans différents dossiers ces dernières années. On n’a qu’à penser au projet Divertigo ainsi qu’à celui de la Place Tourigny.

« Nous nous questionnons sur les façons d’accroître la participation de la population dans la gestion des affaires municipales et de faciliter l’acceptabilité sociale de différents projets. Nous sommes convaincus que, au terme de ce processus, nous entamerons un virage important en matière de démocratie participative à Magog », a déclaré Vicki-May Hamm.

Dans un premier temps, les citoyens intéressés par la démarche de la municipalité sont invités à remplir un sondage en ligne sur le site internet de la Ville de Magog, plus précisément à l’adresse suivante : ville.magog.qc.ca/sondage. Les gens ont jusqu’au 28 février pour remplir le document.

« Pas nouveau »

Professeure et directrice de l’École de politique appliquée, Isabelle Lacroix confie que son équipe est « bien contente » d’épauler la Ville dans sa démarche.

Selon Mme Lacroix, le problème de la participation citoyenne lors des consultations publiques n’est pas nouveau. Il remonterait plus précisément aux années 1970. « On peut avoir beaucoup d’attente en ce qui concerne cet enjeu, mais ce n’est pas magique. Les citoyens n’ont jamais été autant consultés. Malgré ça, le retour pour insatisfaction de leur part est plus grand que jamais », souligne-t-elle d’ailleurs.

La directrice de l’École de politique appliquée laisse néanmoins entendre qu’il est primordial de recueillir l’opinion de la population à différents moments entre deux élections. « Si on ne donne pas un canal aux gens pour s’exprimer, ils vont en trouver un », lance-t-elle.