Le Collectif du quartier des Tisserands continue d’appliquer de la pression sur la Ville de Magog dans le but que celle-ci prenne tous les moyens nécessaires afin de sauvegarder l’ancienne usine de la compagnie Dominion Textile, un énorme édifice industriel situé en bordure de la rivière Magog.

Magog invitée à acheter la Dominion Textile

Le Collectif du quartier des Tisserands continue d’appliquer de la pression sur la Ville de Magog dans le but que celle-ci prenne tous les moyens nécessaires afin de sauvegarder l’ancienne usine de la compagnie Dominion Textile, un énorme édifice industriel situé en bordure de la rivière Magog.

Lors de la plus récente assemblée du conseil municipal de Magog, le Collectif du quartier des Tisserands a remis une pétition signée par 1077 citoyens aux élus de la municipalité.

La pétition en question réclame de la Ville de Magog qu’elle organise une consultation qui porterait « spécifiquement sur l’avenir du quartier des Tisserands », et ce, avant l’adoption du futur plan d’urbanisme de la municipalité, prévue à court ou moyen terme.

De plus, la pétition invite la Ville à acquérir l’ensemble du complexe industriel « pour ainsi devenir maître d’œuvre de sa transformation, en partenariat avec des investisseurs intéressés ».

Enfin, les signataires émettent le souhait que le complexe obtienne une reconnaissance patrimoniale supplémentaire et qu’il soit plus adéquatement protégé contre le vandalisme ou toute autre forme de détérioration.

« Nos interventions publiques sont motivées par un sentiment d’urgence et ont pour objectif de faire cesser les tergiversations qui ne mènent qu’à une dégradation ainsi qu’à une sous-utilisation des espaces existants dans le complexe. Et nous réitérons par ailleurs notre offre de coopération aux autorités de la Ville », indique un communiqué émis par le Collectif du quartier des Tisserands.

La Ville agit

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm assure que son administration ne reste pas les bras croisés dans ce dossier. Elle admet toutefois que la liberté d’action de sa municipalité est limitée étant donné que cette dernière n’est pas propriétaire de l’ancienne usine de Dominion Textile.

« Pour ce qui est de la sécurisation des lieux, notre service d’incendie et nos inspecteurs travaillent déjà là-dessus, note Mme Hamm. Et, en ce qui concerne la consultation demandée, on est justement en train de réviser notre plan d’urbanisme. Ça nous a amenés à consulter la population par rapport au développement de la ville et les gens auront à nouveau la possibilité de se prononcer à ce sujet avant la fin du processus. »

D’autre part, la mairesse de Magog n’exclut pas que la valeur patrimoniale du bâtiment puisse un jour être reconnue par la Ville. Mais elle rejette l’idée d’acheter le complexe industriel avec l’argent des contribuables magogois.

« On désire surtout être des facilitateurs. Ce n’est pas le moyen pris pour arriver à l’objectif qui est important, mais le résultat. D’ailleurs, on a trouvé un groupe intéressé à travailler à la revitalisation du site avec nous. Mais ce groupe n’est pas encore propriétaire de l’endroit alors il faut rester patient», explique Vicki-May Hamm.