Vicki-May Hamm

Magog dit non au promoteur du projet immobilier controversé

MAGOG - Le conseil municipal de Magog n'a pas tergiversé longtemps après avoir entendu les doléances des citoyens du secteur de la rue Bruant-des-Marais. Ainsi, les élus ont décidé de rejeter sans plus attendre la demande de changement de zonage qui devait paver la voie à un nouveau projet immobilier dans cette portion du territoire magogois.

Lors de l'assemblée publique de lundi soir du conseil municipal de Magog, la mairesse Vicki-May Hamm a confirmé que le projet immobilier envisagé, dans le secteur Bruant-des-Marais, ne pourra pas se concrétiser tel qu'imaginé. Le zonage prévoit qu'aucun immeuble de plus de huit logements ne peut être construit sur place et, après avoir jonglé avec l'idée d'autoriser des constructions plus imposantes encore, le conseil a décidé de faire marche arrière.

Lire aussi: Projet immobilier controversé à Magog

Mme Hamm a cependant précisé que les discussions entre la Ville de Magog et le promoteur impliqué dans le dossier se poursuivront. Elle prévoit qu'une proposition revue et corrigée sera présentée aux Magogois l'automne prochain.

Représentant les citoyens du secteur de la rue Bruant-des-Marais, le conseiller municipal Bertrand Bilodeau a soutenu lundi que les citoyens qui se sont mobilisés pour contrer le projet ont bien agi. «C'est correct ce que les gens ont fait», a-t-il affirmé.

Rappelons que plusieurs dizaines de personnes habitant le secteur de la rue Bruant-des-Marais ont participé à une consultation publique au sujet de la proposition du promoteur la semaine dernière.

Sans leur intervention, la Ville de Magog aurait sans doute autorisé la construction de deux nouveaux immeubles de 18 logements et d'un troisième de 12 unités à l'intérieur de la zone concernée.

«On ne voulait pas de ces gros blocs-là, confie Jacques Bernier, un citoyen qui a participé à la mobilisation. Nous, on désire que les constructions, dans ce secteur, ne dépassent pas huit logements. On est soulagé jusqu'à un certain point de la décision de la Ville. Mais on va se mobiliser à nouveau si on voit que la Ville a oublié nos demandes dans quelques mois.»

Ultramar

Par ailleurs, après deux refus, l'entreprise Estridev pourra finalement aller de l'avant avec son projet de modernisation de la station-service Ultramar située à l'angle des rues Principale Ouest et Saint-Patrice Ouest, à Magog.

Lire aussi: Magog : les élus devront se pencher sur un projet commercial de 4 M$

Les membres du conseil municipal ont unanimement accepté la plus récente proposition d'Estridev. La compagnie a l'autorisation de construire une station-service avec quatre pompes à essence et restaurant. Par contre, aucun service à l'auto ne pourra être créé sur place, contrairement à ce qu'avait demandé le promoteur.

«Je trouve ça extraordinaire qu'on ait été unanime ce soir (lundi soir) sur un projet refusé à deux reprises par le conseil municipal dans le passé. On a fait des compromis et on a écouté les gens. J'espère maintenant que le promoteur sera en mesure de travailler avec les balises qu'on place», a commenté Vicki-May Hamm.