Le président du centre sportif de La Ruche Denis Blouin, le marathonien Christian Vachon, l'enseignant d'éducation physique à la retraite, Bernard Roy et le député d'Orford, Pierre Reid, posent à l'emplacement de la future piste d’athlétisme.

Magog aura «enfin» sa piste d’athlétisme

« Enfin », a réagi le président du centre sportif La Ruche, Denis Blouin, visiblement heureux de l’annonce de la rénovation de la piste d’athlétisme derrière l’école La Ruche. C’est que des citoyens de Magog rêvent à ces installations depuis plusieurs décennies. Actuellement, la piste est en gravelle.

C’est le cas de l’enseignant retraité Bernard Roy, qui souhaite voir l’arrivée de cette piste depuis 30 ans. « On se disait que si l’on devenait riches un jour, on allait construire une piste d’athlétisme, sourit M. Roy. J’en ai vu des pistes au Québec et elle, elle est belle. Elle est en pleine nature et à l’abri du vent. »

Lire aussi:  Le projet de piste d’athlétisme bonifié à la Ruche

Magog sera dotée d'une nouvelle piste d'athlétisme

Les pistes d’athlétisme seront réparées

« Ça fait au moins six ans qu’on a eu la demande, explique pour sa part Denis Blouin. Lorsqu’on a fait les rénovations, un projet de 23 millions de dollars, Christian Vachon m’est arrivé avec cette demande-là en me disant que ce serait nécessaire de rénover la piste d’athlétisme. Cependant, l’enveloppe budgétaire était déjà saturée, il y avait énormément de choses de faites. On n’était pas capable d’accueillir ce projet. »

Christian Vachon, dont la fondation qui porte son nom contribuera 20 000 $ sur trois ans, avait également hâte à cette annonce. « À un moment, je n’y croyais plus. C’était difficile de garder tout le monde intéressé au projet. Je suis heureux pour les gens de la région, car ils ne savent pas encore ce qu’ils vont découvrir ici. Quand j’étais au secondaire, c’était un plateau qui était déjà désuet. Ça a été difficile à vendre, car c’est les gens se demandaient ce qu’ils allaient faire avec ça », explique M. Vachon.

Grâce à cette piste d’athlétisme, Magog pourrait s’inscrire à de gros événements comme les Jeux du Québec. « Pour nous, c’est intéressant de pouvoir faire un plateau à la fine pointe de la technologie et de pouvoir faire de beaux événements », pense M. Vachon. La journée d’athlétisme Christian Vachon, qui se déroulait à l’Université de Sherbrooke, se fera désormais à Magog.  

Club d’athlétisme?


Pour Denis Blouin, il serait pertinent qu’un club d’athlétisme voit le jour. « L’arrivée d’un club d’athlétisme serait une bonne chose pour mobiliser les gens et pour les stimuler à s’impliquer dans ces pratiques sportives », indique-t-il.

Est-ce que l’ancien enseignant Bernard Roy serait ouvert à renfiler ses espadrilles pour entraîner ce club? « Oui, c’est sûr que ça a toujours été dans mes priorités, mais dans les dernières années, on n’avait pas d’infrastructures. On n’avait rien pour les sauts et pour les lancers. Depuis trois ans, j’avais tiré sur la plug. Mais en ayant ça, ça donne une belle énergie. J’aime les jeunes, le sport et la nature », mentionne-t-il, le sourire aux lèvres, tout en assurant qu’il l’utilisera.

Appui gouvernemental

Le projet, qui coûtera environ 2 millions de dollars, sera financé en partie par le gouvernement du Québec. En effet, le député d’Orford, Pierre Reid, se réjouit de pouvoir faire l’annonce d’une contribution de 800 000 $ avant sa retraite politique. « Ce n’est pas une question d’élections, car je ne me représente pas. Après avoir travaillé autant d’années, je suis content que ce soit arrivé avant que je parte », se réjouit-il.

Tous les citoyens pourront profiter des installations. L’objectif est d’inaugurer la piste le 22 septembre lors de la journée du relais, mais il sera difficile de tout faire à temps. « Il faudrait un miracle, cogite Christian Vachon. L’annonce est arrivée tellement tard, qu’on est très serrés. On y croit encore, mais une chose est certaine, la piste sera prête à l’automne », résume-t-il.

Le gouvernement annonçait la semaine dernière que les pistes d’athlétisme de l’Université de Sherbrooke allaient recevoir des cures de rajeunissement, elles aussi.